Aller au contenu
Axelpremierdunom

Ritalin/Adderall

Déchet(s) recommandé(s)

Bon au départ je savais pas si ça allait dans la section quasicosmos ou ici mais si ça pose problèmes, ça me dérange pas que vous changiez de section.

En gros, j'ai été diagnostiqué hyperactif depuis cet été. Au primaire et secondaire j'étais assez fort (84-85% de moyenne générale dans une école privée) et j'ai quand même très bien performé à ce moment même si le 3 quarts du temps j'étais lunatique et que j'écoutais à peine car j'étais parti sur un autre sujet dans ma tête qui changeait encore et encore à chaque 5 secondes. Arrive le cégep où mes notes baissent drastiquement SAUF pour les sujets que j'aime (lire : prise de son, photographie, etc). J'ai de la peine et de la misère à écouter et je me dis : boaf je rentre à l'université dans un domaine que j'aime à 100% donc c'est sûrement mon intérêt. Après discussions avec mes parents, ils m'obligent à aller voir un médecin sur le sujet car on doute de mon hyperactivité depuis que je suis jeune. Diagnostique positif, on me prescrit du ritalin... que je refuse de prendre même si ça l'a causé de très grandes frictions à mon job du moment (longue histoire...une boss névrosée de la vie + un jeune hyperactif = flammèches).

L'université commence. J'ai de la misère. RÉELLEMENT de la misère à me concentrer pendant un bon mois. J'ai de la difficulté à écouter, à me concentrer et en plus je déprimais. Je commence à en prendre en octobre. Ça m'a foutument bien aidé mais là je commence à voir des signes pas très cools.

1. Mon insomnie s'empire de plus en plus. J'ai de la misère à dormir donc je dois prendre de la mélatonine pour dormir et comme je suis fatigué le lendemain, je prend du ritalin pour écouter et me concentrer.

2. Je suis incapable de ressentir une émotion quelconque sur le "buzz". Ok oui mes pensées sont un peu plus concentrées sur la chose que je fais au moment de la prise. Thing is : avec tout le stress dans ma vie, le après-buzz devient similaire à un lendemain d'extasy. Par conséquent : comebacks de mes grosses déprimes de l'an dernier. Mélangez ça avec une insécurité par rapport à ma fréquentation du moment et BAM! Cocktail dangereux pour ma tête.

3. J'ai de plus en plus de misère à me concentrer, peu importe si j'en prends oui ou non. Effet d'accoutumance je suppose.

Je voulais savoir s'il y en a d'autres utilisateurs de ritalin ici qui ressentent ces effets là. Si vous avez des trucs ou quoi que ce soit que je puisse m'en sortir le moindrement. Car la fin de session arrive, je sais que ma consommation va être régulière à ce moment (contrairement à présentement qui est que j'en prends les jours de classes) et il me faut un moyen pour passer à travers tout ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as 18 ans à peu près, je suppose.

Qui t'a prescrit ça? Je veux dire, quelle spécialité de médecin?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as 18 ans à peu près, je suppose.

Qui t'a prescrit ça? Je veux dire, quelle spécialité de médecin?

J'ai 20 ans dans 1 mois.

En fait c'est un médecin généraliste qui est mon médecin de famille. Je sais que c'est pas la grande classe mais à ce moment là, j'essayais de me trouver une solution rapide car j'en revenais pas d'être incapable d'écouter de la matière qui est 100% relié avec mes passions dans ma vie et etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais vu de docteur pour ma santé mentale, mais ce que tu appelles hyperactivité me rappelle vachement ma relation avec mes études et mes champs d'intérêt en général. J'aimerais pouvoir t'aider, mais je suis moi aussi à la recherche de trucs pour améliorer ma concentration et/ou motivation sans devoir prendre des pilules.

Je compatie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Prends ta médication selon la posologie pour passer tes examens, puis vois un psy. Le besoin de Ritalin qui surgit subitement à 20 ans, je ne sais pas si c'est courant, mais moi c'est la première fois que j'entends parler de ça.

C'est peut-être autre chose.

Prends-tu beaucoup de drogue?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils donnent du ritalin comme des bonbons. On m'en a prescrit il y a quelques années, j'avais trop d'énergie. Maintenant je dors 3-4 heures par nuit seulement et j'ai cessé d'en prendre. Ma vie s'en porte BIEN mieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Prends ta médication selon la posologie pour passer tes examens, puis vois un psy. Le besoin de Ritalin qui surgit subitement à 20 ans, je ne sais pas si c'est courant, mais moi c'est la première fois que j'entends parler de ça.

C'est peut-être autre chose.

Prends-tu beaucoup de drogue?

En fait, j'étais un cas d'hyperactivité plus jeune. Au niveau physique et mental en tout cas, j'avais de la misère à dormir et etc. Mais mes parents n'ont jamais voulu me faire vérifier étant donné que j'avais des bonnes notes à l'école et etc.

Voir un psy pourrait peut-être m'aider je crois. Enfin, voir ce qui se trame dans ma tête.

Je prends rarement des psychotropes (mis à part la caféine/théine que je dirais une fois par jour) (disons que ma consommation ressemble à 1 fois par 6 mois pour les drogues et l'alcool, 1 fois par 2-3 semaines). J'en ai expérimenté mais j'ai jamais développé d'addiction physique/psychologique à la chose. Je fume pas non plus. (well, fume plus...)

J'ai regardé sur les instructions du ritalin que je prends et ça me dit : Peut causer insomnie [...] nervosité [...].

En contre-partie, il me faut ça pour être le moindrement attentif en classe -_-.

Modifié par Axelpremierdunom

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu devrais faire plus de sport et éviter l'abus de psychotropes dépresseurs (l'alcool par exemple). Bref tu devrais faire la bilan de ton hygiène de vie afin de diminuer les effets secondaires de ton traitement pharmaceutique.

Le sport réduirait les symptômes de dépression plus vite et plus intensément que lors de la prise d’antidépresseurs. En le pratiquant, notre cerveau fabriquerait de nouveaux neurotransmetteurs responsables de notre bonne humeur mais aussi des endorphines qui élimineraient le stress, calmeraient les angoisses et laisseraient donc libre cours à toutes les bonnes ondes positives.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu devrais faire plus de sport et éviter l'abus de psychotropes dépresseurs (alcool). Bref tu devrais faire la bilan de ton hygiène de vie.

Merci du conseil.

Par contre je suis le fils d'un professeur d'éducation physique au primaire donc j'ai été élevé à faire du sport. D'ailleurs, je joggues 10-15 minutes le matin en me levant et je vais au gym 3-4 fois par semaine.

Still, ça aide mais pas beaucoup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Ayant toi-même constaté la relation de causalité, la première chose à faire est d'interrompre de traitement au ritalin.

Une alternative auquel tu devrais songer c'est de t'abonner à un gym et d'y aller au moins 3 fois par semaine. Je peux te garantir que ça va régler tes problèmes d'insomnies et de concentration.. d'autant plus que ça va libérer les toxines laissées par le médicament dans ton système, plus rapidement.

Edit: Oublis mon commentaire, ça été dit déjà plus haut lol.

Modifié par Diost

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

J'ai également été diagnostiqué hyperactif vers l'âge de 14-15 ans, l'âge ou l'on ne pense EXCLUSIVEMENT qu'avec sa queue, par un enculé de psychologue pourtant renommé(ce qui est looooing d'être incompatible)qui m'a demandé d'essayer la ritaline(méthylphénidate dosé à 10 mg) en me vantant les vertues de cette saloperie.

"Ouais, ça vient des states", "ouais c'est efficace, nia nia nia... Tu t'en prends un, et tu vas faire tes devoirs."

Ben mon gars, impossible de réfléchir. C'est comme si je n'étais plus équipé pour.

Et encore j'te parle pas des nausées, anorexies, discours incohérents, teint verdâtre du plus bel effet, insomnies, j'en passe et des meilleurs...

En fait j'ai toujours été une personne plutôt amorphe: à coté de moi un gastéropode peut sembler être hyperactif. C'est juste qu'à l'époque je sautais sur tous ce qui portait une jupe et une putain de paire de seins.

On est tous passés par là, même si certains n'en sont toujours pas sortis.

La ritaline à effectivement une efficacité avérée sur l'hyperactivité, ça je n'en disconviens pas.

je pense qu'il est quand même bon que tu saches 2 ou 3 points sur cette spécialité.

Le méthylphénidate est l'un des derniers dérivés des amphétamines que l'on peut retrouver en pharmacie, il augmente la quantité de noradrénaline et de dopamine dans le système nerveux central. En un mot c'est un psychostimulant.

Tu comprends mieux pourquoi tu "buzz" comme sur de l'exta ?

En France c'est un médicament sur la liste des stupéfiants avec comme indication:

"Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité chez l'enfant de plus de 6 ans."

"Narcolepsie avec ou sans cataplexie,[...] chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans."

Je vais pas te les briser avec les effets indésirables, vu que de toute évidence tu les connais mieux que moi. Cependant tu peux diminuer l'insomnie en évitant les prises l'après-midi, ou le soir.

Je ne suis pas médecin, mais je sais qu'il existe un autre psychostimulant nettement moins efficace que la ritaline: Le Piracétam.

Son indication est la suivante: "traitement d'appoint à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé. Amélioration symptomatique des vertiges."

Il est contre-indiqué en cas d'insuffisance rénale sévère.

Il possède également des effets idésirables, mais moindre qu'avec la ritaline.

Aie toutes les cartes en mains pour prendre la décision qui te semble être la meilleure(j'ai laissé un documentaire sur les psychostimulants dans le quasicosmos, un sujet de whitelight si je me souviens bien.), parles-en à ton prescripeur, et essaye de pratiquer en complément une activité physique(genre natation...) pour pallier à l'insomnie et au manque de concentration.

J'te laisse, faut que j'aille me faire une pute.

Modifié par Soma

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai un TDA sans hyperactivité, diagnostiqué à 12 ans. J'ai commencé à prendre de l'adderall à 13 ans. C'est long avant de comprendre ce qui nous arrive vraiment. À 15 ans, plus rien n'allait, alors on a compris que j'avais quelque chose d'autre, on a essayé tout pleins de médicaments. Je ne travaillais plus du tout à l'école. Plus aucune concentration.

En fin d'année, j'ai essayé une pilule qui a faite l'affaire, un anti-dépresseurs et de la noradrénaline. Je travaillais plus mais pas autant que j'aurais dû. Finallemment, je les ai arrêté en début d'anée et je n'ai jamais autant travaillé. Mais je prends toujours de l'adderall. Tout cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai été me chercher une prescription moi-même la dernière fois parce que j'ai déjà été diagnostiquée.

J'en prends au besoin (lire : quand je vais à l'école) et ça fait des merveilles. Je deviens super productive, zéro procastrinatrice, motivée et concentrée. Efficace de surcroît. J'en ai déjà pris au travail et ça faisait bien, sauf que c'est pas nécessaire vraiment, j'fournis très bien sans.

Alors pour moi aucun effet secondaire indésirable. Ça régule mon énergie pour la dépenser efficacement ainsi que mon appétit. Ce qui fait que je mange moins, et c'est bien pour moi.

J'sais pas pourquoi j'en prends pas tout le temps, je suis une surmoi quand j'en prends.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils donnent du ritalin comme des bonbons. On m'en a prescrit il y a quelques années, j'avais trop d'énergie. Maintenant je dors 3-4 heures par nuit seulement et j'ai cessé d'en prendre. Ma vie s'en porte BIEN mieux.

On m'en a prescrit aussi. On m'a diagnostiqué un TDA avec hyperactivité lorsque j'avais 13 ans. J'ai cessé de les prendre aussi, je dors à peine, mais je me sens beaucoup mieux sans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout le monde ou presque maintenant se fait diagnostiquer du ritalin, nous devrions plus se demander si ce n'est pas plutôt le mode de vie qui est mal adapté à l'humain.

c'est simple...l'humain comme les autres animaux durant le stade avant de devenir Mature (adulte, etc)...veux jouer, s'amuser, possède une sur-dose d'énergie (regarder simplement les chiots, chantons, lionceaux, oursons. Ils passent leur journées à courir partout à se chamailler)

Maintenant prenons l'homme, nous avons décidé que pendant son stade d'enfant, nous allons l'enfermer 8 heures par jour dans une classe. Par la suite, il va devoir faire des trucs à la maison pour l'école....

Il faut pas se demander pourquoi ils ont trop d'énergie ces enfants....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Le Adderall est une amphétamine. La même cochonnerie que contient une pilule de speed. Le Ritalin est une autre substance (Methylphenidate), peut-être un peu moins puissante (pas certain) avec principalement les mêmes effets.

Je comprends toujours pas pourquoi on continue de donner ça aux enfants. Ça les rends légumes et ça fini par en transformer plusieurs en toxicomanes. Insomnie, manque d'appétit, faiblesses, nausées, fièvres, etc...

Mon médecin voulait me mettre sur le Ritalin quand j'étais jeune. Ma mère à dit non et je la remercie vraiment aujourd'hui pour ça.

Tout le monde ou presque maintenant se fait diagnostiquer du ritalin, nous devrions plus se demander si ce n'est pas plutôt le mode de vie qui est mal adapté à l'humain.

Bon point. Je pense par contre qu'il y a une autre question à se poser: qui bénéficie vraiment du haut taux de consommateurs de ce produit pharmaceutique? Il à été remis en question de très, très nombreuses fois. Et pourtant rien n'est fait pour contrer cette pratique détestable qui consiste à transformer les jeunes en "zombies productifs".

---

Extrait tiré du site Erowid.org :

Another thing to note when talking about the differences in the amphetamine-class stimulants is that one of the strange effects of current culture is that particular drugs are demonized in the news, entertainment media, government information, and school curricula. Methamphetamine is particularly demonized, amphetamine somewhat less so, even though amphetamine-related stimulant drugs -- including methylphenidate (Ritalin), amphetamine (Adderall, Dexedrine), & methamphetamine (Desoxyn) -- are commonly prescribed for children from as young as age 3. All three of these can lead to difficult-to-break habits and can become a problem for some people who try them. But the marketing teams of the pharmaceutical companies do what they can to soothe parents' concerns by separating the image of street-speed users from the clean, clinical, healthy use of their products.
Modifié par White Light

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais le ritalin c'est probablement le truc qui m'a le plus endommagé mentalement. J'étais moi aussi diagnostiqué "Hyperactif" au primaire. J'avais quoi? 6-7 ans lol. Évidemment, mes parents étaient ben trop naifs pour savoir que c'était pas super bon à long terme. Ils ont écouté le médecin.

Ca fait que j'ai été drogué au ritalin sans vraiment le savoir pendant mon enfance. Je suis convaincu que c'est un des trucs qui m'a le plus fucké le comportement.

Tsé c'est tellement facile diagnostiquer les enfants comme hyperactif. Messemble qu'un enfant c'est supposé être hyper actif, non? Un enfant qui manque d'énergie est pas mal plus anormal selon moi.

C'est aussi stupide que préscrire des anti-dépresseurs aux jeunes filles qui sont dans leur crises d'adolescence. Sti sont dans leur crise, c'est normal qu'elles soient tristounettes. Ca veut pas dire que c'est une dépression.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Ouais le ritalin c'est probablement le truc qui m'a le plus endommagé mentalement. J'étais moi aussi diagnostiqué "Hyperactif" au primaire. J'avais quoi? 6-7 ans lol. Évidemment, mes parents étaient ben trop naifs pour savoir que c'était pas super bon à long terme. Ils ont écouté le médecin.

Ca fait que j'ai été drogué au ritalin sans vraiment le savoir pendant mon enfance. Je suis convaincu que c'est un des trucs qui m'a le plus fucké le comportement.

Je trust un peu plus des médecins et leurs test cliniques qui démontraient un effet positif à long-terme et à court-terme pour le ritalin, plutôt que Pesmergo qui dit que ça lui a "fucké la vie".

c'est simple...l'humain comme les autres animaux durant le stade avant de devenir Mature (adulte, etc)...veux jouer, s'amuser, possède une sur-dose d'énergie (regarder simplement les chiots, chantons, lionceaux, oursons. Ils passent leur journées à courir partout à se chamailler)

Maintenant prenons l'homme, nous avons décidé que pendant son stade d'enfant, nous allons l'enfermer 8 heures par jour dans une classe. Par la suite, il va devoir faire des trucs à la maison pour l'école.....

À quoi d'autres on peut appliquer ça?

"C'est pas NATUREL d'avoir un ordinateur, tous les autres animaux jouent dans la forêt toute la journée!"

"C'est pas NATUREL utiliser des préservatifs."

"C'est pas NATUREL toute la médecine moderne avec ses drogues, ses chirurgies, ses scanners, etc."

Les tests cliniques ne sont pas réalisés que par de grosses compagnies pharmaceutiques qui se foutent de nous, si vous trustez pas les médecins sur ça, vous les trustez pour quoi?

Si une bonne proportion des enfants sont ADHD, c'est peut-être un problème qui part des parents modernes, c'est peut-être notre société moderne qui veut que tous performent (alors qu'il y a 20 ans, les ADHD auraient droppé out de l'école et seraient devenus ramasseur de vidanges ou whatever), ou ptête un problème d'autre chose.

Peu importe la cause, on ne la comprend pas vraiment, et on a une manière relativement bonne de "guérir" ça, alors pourquoi s'en priver?

Modifié par Running With Spoons

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je trust un peu plus des médecins et leurs test cliniques qui démontraient un effet positif à long-terme et à court-terme pour le ritalin, plutôt que Pesmergo qui dit que ça lui a "fucké la vie".

T'es ben cave. Évidemment que les tests retournent un effet "positif". Puisque le but du ritalin c'est de calmer les hyper actifs. Ca veut pas dire pour autant que ca fera pas de toi un accro, un déficient ou un légume.

C'est juste con de diagnostiquer un enfant hyper actif selon moi. Et surtout lui préscrire une drogue avec des effets secondaire néfastes à un si jeune age et sans son consentement.

Prends en des ritalins si tu veux, je m'en calice pas mal de toi anyway.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

car j'en revenais pas d'être incapable d'écouter de la matière qui est 100% relié avec mes passions dans ma vie et etc.

Tu es sur que c'est belle et bien ta passion ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×