Aller au contenu
Eve_*

Féminisme: et si on était en train de prendre le problème à l'envers?

Déchet(s) recommandé(s)

Eve_*

Je n'ai pas fini de réfléchir à ce sujet mais j' ai ce sentiment fort que je tient un truc.  Aidez-moi à y réfléchir ou bien jettez-moi une bouée, svp (les tomates ne flottent pas et leur couleur pourrait attirer des requins)

Allez, à la flotte!

Femme, fréquentant de ci de là des groupes feministes, je fais les constations suivantes :

 

Les femmes se disent que si elles ne se battent pas pour leurs droits personne ne le fera. 

Les approches féministes que je vois sont faites par des femmes, pour des femmes et se focalisent SUR la femme.

Il y a des abus et déséquilibres subis par les femmes.(Des salaires, jugements sociétaux,  jusqu'ax violences). Toujours mis en vis à vis des hommes. (Salaires comparés aux hommes, libérées comparée aux hommes, violences perpétrées par des hommes etc..)

L'homme dans l'histoire est vu comme la part qui ne peut pas changer. donc logiquement ce serait aux femmes de remonter leurs manches et se battre.

Dans ces cercles l'homme devient une entité passive et potentiellement néfaste si la femme baisse sa garde ou est trop soumise.

C'est la le premier truc qui cloche pour moi.

Pourquoi si l'abus nest pas du fait de la femme, auraient-elles à se responsabiliser de trouver la solution au problème? N'est ce pas une autre injustice ça? Et quelle contradiction...

 

L'abus est le fait de celui qui le commet. Il en est le seul responsable. C'est lui qui a un problème et lui qui a besoin d'une solution.

 

2eme truc qui cloche : on ne parle jamais d'homme dans ces cercles. Ou alors juste des hommes oppresseurs. On ne parle que des femmes. Mais puisque le problème ne vient pas d'elles, pourquoi on focalise sur elles?

3eme point : à ne parler que des abus des hommes on finit par intégrer une forme d'idée selon laquelle lhomme est un potentiel abuseur si nous lui en laissons la possibilité. D'ailleurs ils sont si bauf passifs et macho que nous ne pourrions compter sur eux pour ce combat de nos droit. Et nous devons même l'appeler "feminisme"... pour être bien sur de pas mélanger les camps.

Alors moi là... je suis pas d'accord. Enfin si je suis d'accord, continuez soeurs amazones si vous voulez. Mais je pense juste qu'on se plante, mais alors Royalement, de cible.

Ce qui me manque dans ces cercles 

C'est de parler d'homme. De l'homme.

On a besoin aussi de parler de l'homme aux hommes. Et puis aussi au petits enfants. Et aux vieux. 

Enfin bref, on a besoin de savoir comme l'homme c'est un bon gars. Mais SSSIIIIIIII! Attends, range ton poignard grande prêtresse, atteeeennnd, j'y viens.

Parceque de la longue histoire de l'humanité où longtemps (voir encore) les hommes étaient barbares envers ce qu'ils pouvaient assujetir à leurs assauts, on a tous gardé trace dans nos cultures et autres inconscients collectifs. On s'attend dans la cours de récré que les gars se battent entre eux ou fassent des réflexions sexuelles aux filles, ne pleurent pas etc... on répète en coeur "les mecs c'est des salauds" quand on grandi. 

Les petits gars grandissent dans une société qui considére l'impulsivité, les rapports de forces, la faible empathie et sensibilité comme des traits masculins. Les petites filles intégrent DES la mise dans le moule de l'école que les garçons sont moins sages et plus tannants.

Le ou les 2 petits gars de la classe qui résistent encore à cette pression omniprésente du sois musclé et parle fort (ou bien t'voir ta gueule à la récré) vivent un calvaire! C'est eux qui ont besoin de toute  l'attention de ceux qui veulent améliorer la condition de la femme. 

Commençons par réapprendre ce qu'est un homme. La beauté de cet humain. Aussi beau que la femme. Quelle n est pas la gentille et lui le méchant. 

Qu'il Est fort capable. De quoi? Bah de tout comme vous autres, humaines. De sensibilité d'empathie d'exprimer sainement sa frustration de retenir lenvie de se battre .... ce sont des qualités nécessaires à la vie humaine et il les a toutes. OUI TOUTES

Arrêtons de nous attendre à et  d'excuser et banaliser les petits comportements légèrement violents ou abusifs dès  l'enfance.  Marginalisons ces comportements!

Y aura toujours des gens pour ne pas savoir respecter les autres ou gérer ses pulsions. Mais ils ne devraient aucunement générer une pression de "virilité" sur ceux qui sont équilibrés. 

Que les 2 gars sympa de la classe ne soient plus écoeurés par des pauvres gars présentant des troubles du comportement et voulant pourtant faire passer ces 2 là pour marginaux.

 

Nos hommes ils ont besoin d'être aimés et protégés des oppresseurs et des messages omprimants de la société qui veut leur imposer une forme erronée de virilité. Ils seront ensuite les meilleurs collègues amis amants  des femmes.

Dans nos schémas familiaux ou culturels on ne croise pas assez de ces hommes à découvert. 

Nous même ne savons pas les attentes élevées et saines qu'on pourrait avoir d'eux. 

Il faut enseigner tout ça. Puis s'aimer.

Et concentrer les efforts non pas à renforcer les victimes mais à mieux encadrer les contrevenants. 

Homme et femmes seront gagnant.

 

Qui a une idée de nom pour ce .....isme là?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sérieusement là, les messages contenant juste un vidéo Youtube sans aucunes explications, c'est NON.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon, pour répondre au message principal, pour moi c'est ça le féminisme. De vouloir mettre la femme égale à l'homme, c'est de briser l'image classique et rétrograde de l'homme et aussi celle de la femme.

L'homme n'est pas un simple guerrier qu'on envoie comme chair à canon, qui doit souffrir sans pleurer et apporter du fric pour nourrir sa famille. Il ne peut pas non plus prendre tout ce qu'il veut sans conséquences. C'est pas la "nature" de l'homme d'être violent.

Et la femme n'est pas une pauvre créature fragile qu'on doit protéger de tout et qui est empathique naturellement, bonne pour élever les enfants. Elle doit apprendre à dire non pis oui, une femme peut être tout sauf douce.

TOUT, absolument tout, découle de ça. Les problèmes des femmes et aussi ceux des hommes. Les mascus aiment bien dire que les hommes aussi ont des problèmes et qu'on en parle pas, pis c'est en partie vrai, mais ce qu'ils ne comprennent pas, c'est que tous les problèmes se règlent de la même façon : par l'égalité entre les sexe.

Les hommes sont envoyés injustement en guerre et y meurent plus? Ils se suicident plus? Ils ne réussissent pas à avoir la garde de leurs enfants? Tout est à cause du préjugé de la nature féminine qui serait faible et bonne pour élever les enfants...

Oui, il faut éduquer nos hommes à être plus que le cliché que la société patriarcale veut qu'ils soient. Ils peuvent tout faire, il n'y a pas de limites, mais les règles devraient être les même pour tous, qu'on soit né homme ou femme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eve_*

Les règles sont déjà les mêmes me semble t il. C'st le regard des mères sur leur bébé fils et celui de la société toute entière qu'il faut changer à l'égard des hommes. Sinon attend des enfants filles ou garçon le même niveau d'mpathie  de respect des règles si ce regard change nous seront choqué qu un homme soit grossier comme on le serait si c'était une femme etc... les délinquants seraient plus stigmatisés et les hommes équilibrés plus valorisés .

(Exemples choisis à la va vite, dire des grossièreté ne mène pas à la délinquance)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Logiquement au début de l'évolution de l'homme et de la femme il était logique comme étant un seul organisme de centrer l'homme à l'extérieur et la femme à l'intérieur. Que ce système dure encore alors que l'environnement a changé là est le phénomène à étudier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les prémisses qui précèdent ton discours -- au final on ne peut plus verbeux -- sont fausses :  dans les cercles féministes, plus précisément parmi les intersectionnelles, aussi appelées péjorativement les sjws, les femmes ne font pas grand-chose d'autre que se lamenter entre elles, fabulant tout.e.s en choeur, lynchant les vilains hommes (blancs et hétérosexuels), se partageant leurs banales histoires d'hommes louches rencontrés ça et là dans la ville et censées discréditer le genre en entier, etc.  Toute l'attention est portée sur ces derniers.  Pis c'est seulement ça qui se passe.  Rien d'autre.  

Je me suis bien bidonné un moment à aller en lire quelques unes sur Facebook.  Je me souviens entre autres avoir lu les sottises d'une fille qui supposait que les critiques portées contre la pitoyable émission Occupation Double camouflaient une certaine part de misogynie compte tenu de l'auditoire typique.

 

Révélation
Révélation

 

 

 

Screen Shot 2018-02-28 at 11.34.51 PM.png

Screen Shot 2018-02-28 at 11.35.43 PM.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce sujet, j'allais finir par le créer. 

Pour commencer, j'invite tout un chacun à regarder cette video qui a buzzé comme pas possible en France. Le gars reprends une video d'une nana sur le harcèlement de rue, en démontant son argumentaire de façon ma foi, assez drôle, vulgaire et assez juste. Je répondrais plus tard sur le sujet avec un avis argumenté, j'ai pas mal de chose à dire je dois avouer.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dernièrement j'ai écouté un film con et peu inspiré, j'ai nommé le Retour de Papa 2.

Pendant une scène je me suis dit : « et c'est ce qu'on veut éduquer aux petits garçons? »

Un gros macho joué par Mark Wahlberg encourageait son gosse de 9 ans à aborder une fillette du même âge. Fort des bons conseils de son père, le garçon a embrassé sa Désirée puis lui a donné une bonne claque sur la fesse. Je précise que les deux enfants ne s'étaient jamais parlé du film. Tous (spectateurs et comédiens) trouvaient ça bien comique.

C'est sorti en salles en 2017.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les féministes ne se battent par pour «les femmes», elle se battent pour faire avancer les idées philosophiques, politique et sociales de l'idéologie féministe et rien d'autre. Si une femme n'épouse par leur idéologie elles seront les premières à la dénigrer, la discréditer et même lui faire perdre son emploie, car considérée comme hérétique. Le féminisme moderne comme le féminisme intersectionnelle  fonctionnement de la même façon qu'une secte, hors de l'église idéologique point de salut.

Et depuis qu'elle sont entré dans la troisième vague, elles sont en délire constant et se prennent pour les nouveaux curés.


Par exemple, les féministes ne voient rien de mal à ce que des «Grid Girls» perdent leurs emploies pour la «cause». Pourtant les grid girls ce sont des femmes, mais tsais elles n’épousent pas le dogme féministe.
http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2018/02/02/27001-20180202ARTFIG00197-les-grid-girls-de-la-formule-1-furieuses-contre-les-feministes.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les femmes ont beaucoup souffert, et ce principalement dû aux différentes religions. En ce qui nous concerne nous en Occident, c'est le Christianisme qui a réduit le rôle de femme à un état de servitude. Maintenant, les choses changent peu à peu depuis les soixante dernières années. J'attribue ce changement à la venue de la sociale-démocratie. D'autres parlent de "karma collectif". Que la souffrance des femmes ressort maintenant, et de façon assez virulente parfois, après plusieurs siècles de domination masculine, ce qui peut déranger certains hommes par moment.

Je suis d'accord aussi que l'homme ne doit pas toujours se comporter en guerrier, mais ce dernier ne doit pas tomber dans la faiblesse et la complaisance. J'en ai vu moi des hommes d'une mollesse et c'était à en pleureur.

Je crois donc qu'un juste équilibre est l'idéal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)
Il y a 9 heures, Aradia a dit :

la femme égale à l'homme

l'égalité entre les sexe

L'égalité est le contraire de la différence et donc l'impossibilité de la complémentarité, de la dualité ou même de la trinité, etc.... C'est de l'intolérance en somme. C'EST DU NAZISME !

Je comprend bien que vous réclamez une égalité dans le traitement entre les hommes et les femmes mais c'est pas du tout le bon terme du coup. Il y a un problème de sémantique.

Le mot égalité est très lourd de sens et peut mener à des dérives très graves.

Modifié par el_picador

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/03/2018 à 04:34, Eve_* a dit :

JNos hommes ils ont besoin d'être aimés et protégés des oppresseurs et des messages omprimants de la société qui veut leur imposer une forme erronée de virilité. Ils seront ensuite les meilleurs collègues amis amants  des femmes.

Dans nos schémas familiaux ou culturels on ne croise pas assez de ces hommes à découvert. 

Nous même ne savons pas les attentes élevées et saines qu'on pourrait avoir d'eux. 

Il faut enseigner tout ça. Puis s'aimer.

Et concentrer les efforts non pas à renforcer les victimes mais à mieux encadrer les contrevenants. 

Homme et femmes seront gagnant.

Pas mal Eve. Je suis plutôt d'accord avec l'ensemble de ton message, même si je minimiserai l'optimisme de la fin en raison des dynamiques sous-jacentes des comportements sexistes que tu dénonces. 

Premièrement, tu as raison : les femmes se plaignent de ne pas assez être entendues et écoutées sur les violences qu'elles subissent, et demandent aux hommes d'admettre, de soutenir, ou... de se taire. Et oui, c'est vrai qu'en cas de désaccord (fréquents) on retrouve des arguments 100% sexistes du style " De toute façon t'es un homme cis-genre blanc, tu peux rien dire". L'homme blanc c'est le principal incriminé des neo féministes. Cet homme favorisé par la société, mieux payé, moins sexualisé, moins discriminé que les autres, c'est celui là même qu'on pointe du doigt tout en lui demandant de soutenir la cause féministe pour faire amende honorable. C'est effectivement un point intéressant sur la liste des arguments contradictoires des féministes.

Mais cela s'explique. Le féminisme aujourd'hui tourne autour de deux choses : les salaires et le harcèlement sexuel ( notamment dans les lieux publics) - Et c'est là qu'on voit qu'on vit en occident, on est pas non plus en Inde ou les mains au cul et gang bangs sont légions, hein, pauvre de nous.- car c'est exactement ce qui va rapprocher des millions de femmes dans leur quotidien. Dans notre fonctionnement socio-culturel, l'individu est au centre des priorités, les autres on s'en fout clairement. Ce qui explique pourquoi la réalité de ces femmes, unies dans une seule voix de pleurniche, se focalise sur l"aspect primaire de l'homme, le dit "potentiel agresseur". Mais qu'est-ce que ça veut dire ? En 2018, MA réalité l'emporte sur TA réalité, c'est ça qu'il faut retenir. Ces femmes ont peur de deux choses : gagner moins d'argent qu'untel et sortir dans la rue en minijupe à cause des enjeux de désir que ça impose. Voilà leur réalité : elles veulent incarner le désir, sans sa matérialité dans les yeux des hommes. Car au fond, le désir généré fait peur, contrairement à la télé où le désir des mannequins qui font la moue est encadrée par une existence de rêve... Les femmes veulent vivre dans un monde sans danger, sans violence, afin de projeter du désir sans enjeu.  

19059594_10156283420885968_2331307122501222093_n.jpg.0fb6c687dee3772be7bbe6bfd66fd824.jpg

 

Aussi, étant une femme aussi, j'ai pu remarquer plusieurs choses : ce sont celles qui ont le plus peur qui sont les plus énervées, celles qui invectivent le plus les hommes sur internet qui ont le moins d'assurance dehors. Et malheureusement, plus ces femmes essayent de régler le phénomène sur un terrain ou il est impossible de le régler ( ie, les reseaux sociaux, terrain favori des social justice warrior) plus elles se heurtent à des appels à la nuanciation de la part de ceux qu'elles tentent tant bien que mal d'essentialiser comme des déviants intrinsèques. (Par là même, quand on leur parle de biologie, ce sont les mêmes qui refusent d'en subir les lois naturelles. C'est un peu le " Fais ce que je dis, pas ce que je fais") Mais plus elles pleurnichent, plus elles sont frustrées, moins elles ont confiance en elles, moins elles assument de s'habiller sexy et de recevoir des commentaires.

Et je te le donne en mille, Eve, mais ces femmes déresponsabilisent les hommes pour avoir l'impression de pouvoir changer les choses, et qu'elles SEULES le peuvent. Ce que les hashtags permettent, c'est l'illusion de changer les choses via le clavier. Bien protégées derrière leurs écrans, sans risque d'intimidation de la part d'un homme biologiquement plus fort qu'elles. L'illusion aussi de pouvoir à leur tour oppresser une communauté qui les oppresse, dans cette projection de justicières typique des RS, et l'impression de changer le monde quoi. Voilà pourquoi les hommes sont obligatoirement exclus. Le 21e siècle est axé sur le communautarisme, hein : les extrême si, les extrême ça, les vegans, les islamistes, les féministes, ect. Chacun doit trouver son clan pour se sentir exister. Et pour beaucoup , ce sera également dans la colère. Pas étonnant donc qu'on observe des attitudes de rejets des autres groupes au sein même de ces clans, c'est le principe anti-universaliste d'alors. 

Voilà pourquoi on focalise sur les femmes et non sur les hommes, les agresseurs ou quoi, parce que l'intérêt dans cette affaire c'est mettre son égo au service d'une cause qui nous rassure, nous fasse nous sentir au centre des choses, que notre réalité devienne la priorité même si ça implique de créer des jugements de valeurs sur les causes que l'on peut défendre. ce qui me trouble personnellement, c'est ça : 

 

22554748_10156783307645968_2411424597544029140_n.thumb.jpg.8710aab1a8d3eee4464af5a24612934f.jpg

 

Je ne sais pas à quel moment elles trouvent ça logique. Cela ne l'est pas. Parler du féminisme sous l'angle de la victimisation, où comment s'auto-conditionner à se sentir plus faible que l'on ne se sent déjà. J'ai tendance à trouver ironique de voir légions de femelles en train de se plaindre dans les commentaires des articles putaclic de leur newsfeed, car j'ai conscience que le problème se situe à leur niveau individuel, à leur malaise social à être habillée sexy et à assumer les réactions que ça crée chez une communauté d'hommes, éduqués comme les femmes au désir par le marketing ambiant.

ET C'EST CA QU'IL FAUDRAIT DIRE : A mon humble avis, l'éducation et la culture sont dissociables mais inter-dépendantes. Quand on observe le marketing du désir, les clichés sexistes véhiculés par le cinéma hollywoodien, et toute l'imagerie consommatrice avec laquelle nous faisons matraquer, on comprends à quoi servent ces doubles standards dans la société : ils servent à vendre vendre vendre vendre ( exemple ici)

 

 

Voilà pourquoi l'éducation seule ne peut venir à bout des comportements discriminants à l'égard des femmes : le sexisme sert le libéralisme, le partiarcat EST le libéralisme, et le féminisme actuel est un féminisme libéral. Tant que les modèles sociétaux sont axés sur la sexualisation du genre, des attributs, des vêtements, de l'univers consommateur, et que cela se vends, il n'y a aucune raison pour nos publicitaires de changer. Et toute l'éducation du monde ne pourra lutter contre les pressions à la virilité dont tu parles ainsi que des pression à la beauté pour les femmes. Par conséquent, tant que notre système économique repose sur ces dynamiques et que l'argent fait fonctionner culture et institutions, cela nous pourra changer ni avec des hashtags, ni avec la meilleure éducation du monde.

Une jolie reflexion de Maguerite Youcenar sur la volonté d'un très grand nombre de femmes d'être interchangeables aux hommes et tout en acceptant le vieil arsenal de la femme objet  :

 

(à 1:30)

 

Et pour finir, lorsqu'on parle justement de la volonté des femmes de ne pas être traitées comme des objets sexuels, il faut montrer ce que nous suggère les reseaux sociaux à ce sujet. J'ai fait le test, et j'ai regardé mes suggestions instagram :

 

18814192_10157056770930968_3257651864915923046_n.thumb.jpg.2094b69b35f1447d6617d2c0b1ce988e.jpg26220142_10157056772005968_5797542618974541107_n.thumb.jpg.c8c18d7c38d2b548df03e8f5fee74fc9.jpg26230324_10157056771135968_6036402334490937226_n.thumb.jpg.a1ec9029668032944589c8d602ed6214.jpg26230516_10157056771350968_6323449057417960808_n.thumb.jpg.dd5d1bfa9adf6ce022ec36ade3f9b017.jpg26230643_10157056770925968_3442955914355777237_n.thumb.jpg.6892bdf5c140fb4658bc77d576c455fc.jpg26230761_10157056771070968_2079437778858462198_n.thumb.jpg.f13d57251d620bc92ecda11eb36ab9dc.jpg26230896_10157056771770968_3991342301140911939_n.thumb.jpg.93f630dad4a52acfa51b030ba35c1cc5.jpg26231576_10157056771410968_4016940704976510714_n.thumb.jpg.8d05573215279c161fa80132cde6d921.jpg26231845_10157056771530968_1354460447542661504_n.thumb.jpg.cd1f42bad8174790cd1561ff0eec56a7.jpg26805096_10157056771850968_826226439399057071_n.thumb.jpg.5a4a94c8bb5f78642ce865dd6c76f02d.jpg28124517_10155663873598462_2014543821_o.thumb.jpg.32fd2fa1c6dc946097e215a590e46904.jpg

Je suis une fille. Je vois ça tous les jours. Imagine les gamines de 13 ans qui font du bellydancing a moitié à poil alors ? Si cet aspect là des choses intéresse quelqu'un, voici un documentaire extraordinaire qui décrypte les tendances culturelles et sociales de l'hypersexualisation des femmes. On est nourrie à la pression d'être belles depuis le biberons. Toi qui justement parlait d'éducation, peut-être que ce sont les femmes qu'il faudrait éduquer finalement ?

https://monq.biz/article-5624-Princesses+pop+stars+et+girl+power.monQ

On est pas sorti de l'auberge.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, el_picador a dit :

L'égalité est le contraire de la différence et donc l'impossibilité de la complémentarité, de la dualité ou même de la trinité, etc.... C'est de l'intolérance en somme. C'EST DU NAZISME !

Je comprend bien que vous réclamez une égalité dans le traitement entre les hommes et les femmes mais c'est pas du tout le bon terme du coup. Il y a un problème de sémantique.

Le mot égalité est très lourd de sens et peut mener à des dérives très graves.

Le terme "équité" te donnerait-il moins d'urticaire? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Le problème c'est que c'est bien le terme d'égalité qui est mis en avant par les féministes et pas un autre terme.

C'est du neuromarketing qui va nous mener au New World Order :) C'est de la manipulation. Novlangue et compagnie.

Non mais sans déconner, LE POIDS DES MOTS, c'est pas un truc à prendre à la légère.

Quand on vous parle d'égalité, vous sentez pas un truc très très fumeux arriver ?

Modifié par el_picador

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ON sent surtout qu'on voudrait pouvoir interchanger femme et homme, et du moment que ces derniers ne pourront pas chier des marmots, l'idée sera impossible. Biologiquement, nous sommes différents, nous ne pouvons donc avoir les mêmes armes et les mêmes attributs. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Shulamith Firestone, née en 1945, et morte le 28 août 20121, est une féministe radicale canadienne.

(......)

Optimiste quant à l'utilisation de la technologie, Firestone préconisait l'usage de celle-ci afin de se libérer des inégalités de genre qui seraient, selon elle, aggravées par le caractère biologique des corps féminins. Elle militait ainsi en faveur de la cybernétique, de la contraception, de l'avortement et du soutien étatique à l'éducation des enfants, afin de permettre aux femmes d'échapper aux contraintes liées à la maternité. Firestone soutenait aussi la fécondation in vitro ainsi que la sélection sexuelle (du sexe de l'enfant à naître).

Petite citation Wikipédia pour continuer le fil.... Je sais qu'on est dans les extrêmes, mais ça montre vers quel genre de délire ça peut aller si on pousse plus loin la logique féministe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eve_*

Je suis hyper daccord que dans les cercles feministes dire du bien des hommes est poliment (ou pas) censuré. Et je pense simplement qu'il n'y a qu'en en disant du bien et en prenant conscience de leurs vraie nature qu'on pourra aider les femmes à vivre peinard.

Les autres, ceux qui oppressent il faut les ranger dans la catégorie des malfaiteurs.  pas dans une catégorie genrée. Sinon on se trompe de débat. C'st un problème d abuseurs et d'abusés. Pas d'hommes ni de femme. 

Mon opinion est que le terme même féminisme se plante. Qu'on accepte de ce fait que ces défauts appartiendraient à l'homme et le role de victime à la femme.

 

Vous êtes si prolifique!!!!. Il me faut trouver une place à mon agenda pour revenir lire en détail et méditer vos opinions, notamment 1984! 

Pour l'heure entre le marteau et l'enclume de la journée, voici quelque chose qui résume bien mieux mon idée:

Aujourd'hui dans le Devoir, cette dame sait mieux que moi de quoi elle parle et comment le dire. Si il ne s'agit  pas exactement du même sujet (quoique), sa logique résume parfaitmeent ce que jai tenté de mettre en mot.

Elle dit:  "de même qu un enfant ne saurait se protéger des abus sexuels s'ils n'a pas compris d'abord et avant tout ce qu'est une sexualité saine, nos jeunes ne sauront se prémunir contre les agressions ou se prémunir de devenir agresseurs si on ne leur a pas d'abord appris [...] Ce que sont le consentement, l'attirance,le désir, l'égalité, la dignité, la réciprocité..."

Quand on se focalise sur les dérives et les dangers on oublie de parler et enseigner les prémisses de rapprts sains.

 

Dernier truc que je ne peux pas louper (le marteau approche) : me semble que c'est mal connaître l'état social et la place de la femme dans des tribus avant l'arrivée d'une religion chez elles et mal connaître certaines d'etre ces religions que de généraliser en disant qu'elles  sont les poules ayant pondus ces oeufs d'oppressions mysogine. Qu'elles deviennent un instrument malfaisant voir létal dans les mains de ceux qui veulent oppresser avec, oui c'est clair. Mais comme tout. on peut aussi tuer avec un gigôt congelé, même si celui-ci avait été pensé dans une tout autre vocation.

Une être optimiste sera différent un être pessimiste, un être sportif différent d'n être cheetos etc..à l'ifini 

L'égalité entre deux individus est une quête vaine. Relation sans rapport de force oui. Hommes et femmes n'nt pas les même tajalis, manifestations de leurs êtres. Deux créatures si proches et si différentes. Le toit est qu'on ne s'outrepasse ni l'n ni l'autre dans nos limites et nos sensibilités. 

 

20180301_103041.jpg

 

20180301_103041.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Aradia a dit :
Citation

Oui, il faut éduquer nos hommes à être plus que le cliché que la société patriarcale veut qu'ils soient. Ils peuvent tout faire, il n'y a pas de limites, mais les règles devraient être les même pour tous, qu'on soit né homme ou femme.

 

 

 

Le patriarcat n'existe pas sauf dans l'imagination féministe. Il n'y pas de systeme d’oppression systémique des femmes.. et cela fait partie du délire féministe 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'égalité est impossible et non souhaitable. Je suis pour l'équité des chances et pour une société avec le moins de discrimination possible.

James Damore s'est fait fustiger, traîner dans la boue, et traité de tout les noms de sexiste, misogyne, de raciste et tout les insultes possible, pour avoir parlé de ce sujet et de l'Echo Chamber de Google, il ya quelques mois. Maintenant qu'une femme écrit sur le même sujet et en vient aux même conclusions dans Québec Science ce n'est plus sexiste et misogyne??  Vous voyez c'est ce genre de comportement  sectaire féministe qui fait tout chavirer. Renier sa nature pour faire place au théorie du genre.. ou tout est un construit sociale.. ce qui est bien entendu FAUX.
http://www.quebecscience.qc.ca/actualites/Moins-de-femmes-en-sciences-dans-les-societes-plus-egalitaires-

https://en.wikipedia.org/wiki/Google%27s_Ideological_Echo_Chamber

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×