Aller au contenu
Moskva

Wikileaks et la ''sécurité nationale''

Déchet(s) recommandé(s)

Paypal est présentement sous attaque DoS (DDoS).

Je ne connais pas grand chose à l'informatique ... mais est-ce que ça veut dire que si j'ai des achats à faire pour Noël et que je dois utiliser cet intermédiaire pour payer mes trucs que je devrais patienter pour ne pas avoir de problème avec ma carte ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wikileaks : la transparence radicale

de Mathieu Bock-Côté de Mathieu Bock-Côté

(...)

Non mais quelle drama queen!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici ce que je vois dans l'article de Mathieu Buck-de-Vari-Baril Côté:

- Monsieur ne comprend pas que la plupart des documents qui ont été sortis public n'ont aucunement portés atteinte à la sécurité nationale des US, parce que la plupart de ceux-ci ne sont même pas classifiés secrets, et qu'aucun document top secret n'a été révélé.

- Il base la plupart de son argumentation sur le fait qu'une partie des supporteurs utilisent l'argument démocratique, alors que l'argument le plus massif jusqu'à présent, c'est la liberté (liberté de parole, liberté de presse, etc.).

- Il a peur que les gens apprennent que les États-Unis en collaboration des autres gouvernements occidentaux ont utilisés des techniques très peu respectables pour instaurer leur hégémonie sur le monde entier.

Vivre dans la désinformation et le mensonge c'est ben plusse mieux Mathieu.

Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu.

kfcf.jpgmathieubockcote.jpg

Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu. Mathieu.

I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT

fingerlickin.jpgfingerlickin.jpgfingerlickin.jpg

fingerlickin.jpgfingerlickin.jpgfingerlickin.jpg

I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT,I WANT, I WANT, I WANT

Cet article est lamentable et exprime le pathétisme de l'être humain dans son désir de servitude volontaire (ce gars-là est un fucking loser). Un beau petit pion que les gouvernements se réjouissent d'avoir. C'est d'autant plus vrai quand on connait le véritable but égoïste et GROSsier de sa "cause".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Suis-je le seul qui trouve que c'est du vent ce texte de merde (celui de Bock-Coté)? Son discours alarmiste est lâche, hypocrite et pas très convaincant. Ce n'est pas une question de transparence à tout prix (ou radicale), c'est en bonne partie une question de légitimité morale. Les gouvernements doivent demeurer redevables, peut-importe leur position sur l'échiquier politique.

Contrairement à ce que Bock-Coté peut dire, la position d'Assange est assez claire. Il n'est pas question d'une transparence absolue, c'est un appel à un minimum de transparence. C'est surtout à ce niveau là, je crois, que les États-Unis (et bien d'autres pays d'ailleurs) ont de très grandes lacunes.

Modifié par DreD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Buck-Côté est effectivement à côté d'la track.

On dirait qu'il ne fait que remâcher c'que les médias conservateurs crient depuis les dernières semaines, c'est à dire que les politiques étrangères doivent demeurer obscures et secrètes. J'ai l'impression qu'il ne saisit pas très bien tous les concepts et qu'il ne réalise pas que wikileaks ne divulgue pas les codes nucléaires ou le fucking NIP du président.

La chronique de Lagacé de ce matin est bien meilleure et moins démagogue, tout en faisant preuve de nuances.

Prenez George W. Bush et les officiels de son administration. Ces rapaces ont inventé des «preuves» pour envahir un pays qui n'avait, finalement, aucune arme biologique ou nucléaire, contrairement à ce qu'ils nous avaient si hystériquement juré. Ils ont menti au peuple américain, à l'ONU, à tout le monde. L'affaire a coûté des milliers de vies, créé un laboratoire de djihad à ciel ouvert, coûtera des milliards de dollars aux contribuables des États-Unis. Qui demande l'arrestation de W et de ses complices, dans la classe politique et médiatique américaine?

Personne. Absolument personne.

Vrai en crisse. Supporter l'arrestation du type c'est supporter les powertrip des gouvernements.

Et soyons réaliste: Ce type est devenu un peu le symbole du mouvement, mais qu'il soit arrêter ou non, ce genre de fuites d'informations continuerons, que ce soit par Wikileaks ou par d'autres sites qui prendront la relève.

Rendu là, tout ce que les autorités pourront faire pour contrer le mouvement, c'est limiter la liberté du web. Malheureusement, je crois qu'on risque de voir apparaître de plus en plus de censure et de contrôle sur Internet dans les prochaines années. Parce que les gouvernements commencent à réaliser que ça peut nuire à leur image. Les États-Unis ne laisseront pas des anonymes piétiner leurs ambitions impérialistes aussi facilement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

WikiLeak: State Department covered up child prostitution by PMC DynCorp (again)

Ze "leak"

Un blog du Houston Press sur le sujet.

Another international conflict, another horrific taxpayer-funded sex scandal for DynCorp, the private security contractor tasked with training the Afghan police.

While the company is officially based in the DC area, most of its business is managed on a satellite campus at Alliance Airport north of Fort Worth. And if one of the diplomatic cables from the WikiLeaks archive is to be believed, boy howdy, are their doings in Afghanistan shady.

The Afghanistan cable (dated June 24, 2009) discusses a meeting between Afghan Interior Minister Hanif Atmar and US assistant ambassador Joseph Mussomeli. Prime among Atmar's concerns was a party partially thrown by DynCorp for Afghan police recruits in Kunduz Province.

Many of DynCorp's employees are ex-Green Berets and veterans of other elite units, and the company was commissioned by the US government to provide training for the Afghani police. According to most reports, over 95 percent of its $2 billion annual revenue comes from US taxpayers.

And in Kunduz province, according to the leaked cable, that money was flowing to drug dealers and pimps. Pimps of children, to be more precise. (The exact type of drug was never specified.)

Since this is Afghanistan, you probably already knew this wasn't a kegger. Instead, this DynCorp soiree was a bacha bazi ("boy-play") party, much like the ones uncovered earlier this year by Frontline.

Frontline special on Bachi Bazi

For those that can't or won't click the link, bacha bazi is a pre-Islamic Afghan tradition that was banned by the Taliban. Bacha boys are eight- to 15-years-old. They put on make-up, tie bells to their feet and slip into scanty women's clothing, and then, to the whine of a harmonium and wailing vocals, they dance seductively to smoky roomfuls of leering older men.

After the show is over, their services are auctioned off to the highest bidder, who will sometimes purchase a boy outright. And by services, we mean anal sex: The State Department has called bacha bazi a "widespread, culturally accepted form of male rape." (While it may be culturally accepted, it violates both Sharia law and Afghan civil code.)

For Pashtuns in the South of Afghanistan, there is no shame in having a little boy lover; on the contrary, it is a matter of pride. Those who can afford the most attractive boy are the players in their world, the OG's of places like Kandahar and Khost. On the Frontline video, ridiculously macho warrior guys brag about their young boyfriends utterly without shame.

So perhaps in the evil world of Realpolitik, in which there is apparently no moral compass US private contractors won't smash to smithereens, it made sense for DynCorp to drug up some Pashtun police recruits and turn them loose on a bunch of little boys. But according to the leaked document, Atmar, the Afghani interior minister, was terrified this story would catch a reporter's ear.

He urged the US State Department to shut down a reporter he heard was snooping around, and was horrified that a rumored videotape of the party might surface. He predicted that any story about the party would "endanger lives." He said that his government had arrested two Afghan police and nine Afghan civilians on charges of "purchasing a service from a child" in connection with the party, but that he was worried about the image of their "foreign mentors," by which he apparently meant DynCorp. American diplomats told him to chill. They apparently had a better handle on our media than Atmar, because when a report of the party finally did emerge, it was neutered to the point of near-falsehood.

The UK Guardian picks up the tale:

US diplomats cautioned against an "overreaction" and said that approaching the journalist involved would only make the story worse.

"A widely-anticipated newspaper article on the Kunduz scandal has not appeared but, if there is too much noise that may prompt the journalist to publish," the cable said.

The strategy appeared to work when an article was published in July by the Washington Post about the incident, which made little of the affair, saying it was an incident of "questionable management oversight" in which foreign DynCorp workers "hired a teenage boy to perform a tribal dance at a company farewell party".

A tribal dance? Could illegal strip clubs stateside possibly try that one out? "Naw, those are not full-contact lap-dances, Mr. Vice Cop. Krystal and Lexxis are just performing an ancient Cherokee fertility dance. See those buck-skin thongs on and those feathers in their hair?"

As we mentioned, this isn't DynCorp's first brush with the sex-slavery game. Back in Bosnia in 1999, US policewoman Kathryn Bolkovac was fired from DynCorp after blowing the whistle on a sex-slave ring operating on one of our bases there. DynCorp's employees were accused of raping and peddling girls as young as 12 from countries like Ukraine, Moldova and Romania. The company was forced to settle lawsuits against Bolkovac (whose story was recently told in the feature film The Whistleblower) and another man who informed authorities about DynCorp's sex ring.

There's your tax dollars at work, Joe Six-Pack. Maybe now you won't get so worked up about the fact that KPFT gets about ten percent of its funding from the government and uses some of it to air Al-Jazeera.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Buck-Côté est effectivement à côté d'la track.

On dirait qu'il ne fait que remâcher c'que les médias conservateurs crient depuis les dernières semaines, c'est à dire que les politiques étrangères doivent demeurer obscures et secrètes. J'ai l'impression qu'il ne saisit pas très bien tous les concepts et qu'il ne réalise pas que wikileaks ne divulgue pas les codes nucléaires ou le fucking NIP du président.

La chronique de Lagacé de ce matin est bien meilleure et moins démagogue, tout en faisant preuve de nuances.

Vrai en crisse. Supporter l'arrestation du type c'est supporter les powertrip des gouvernements.

Et soyons réaliste: Ce type est devenu un peu le symbole du mouvement, mais qu'il soit arrêter ou non, ce genre de fuites d'informations continuerons, que ce soit par Wikileaks ou par d'autres sites qui prendront la relève.

Rendu là, tout ce que les autorités pourront faire pour contrer le mouvement, c'est limiter la liberté du web. Malheureusement, je crois qu'on risque de voir apparaître de plus en plus de censure et de contrôle sur Internet dans les prochaines années. Parce que les gouvernements commencent à réaliser que ça peut nuire à leur image. Les États-Unis ne laisseront pas des anonymes piétiner leurs ambitions impérialistes aussi facilement.

Bock-Côté est un paléoconservateur, ne l'oublions jamais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne comprend pas ce move d'anonymus,ils paralysent un système complet et mettent en danger des petites entreprises ou des gesn qui ont peut d'argent. Un de mes amis pas très riche est dans la merde jusqu'au coup à cause des cette histoire la.Il y a des PME qui ont de gros problème depuis 2 jours à cause de cette attaque. Ça défile sur Twitter, il ya pas mal de monde stressé surtout en ce temps des fêtes.

1. Anonymus est le nom du band qui joue avec Mononc' Serge et dont l'ancien chanteur est Marco Calliari.

2. Ton ami est dans la merde jusqu'au coup parce que le site de M/C a été down quelques heures?

3. Lern2spel

4. ?

5. Profit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wikileaks a révélé que l'Arabie Saoudite a demandé aux USA de bombarder les sites d'enrichissement d'uranium Iraniens. Ce faisant ils ont compromis la paix mondiale, considérant que la Russie supporte l'Iran et les USA, l'Arabie Saoudite.

Les bases de données encryptées de Wikileaks, lesquelles contiennent des documents top-secrets non plubliés à ce jour, sont dispersées dans un nombre considérable de serveurs miroirs et des versions décryptées sont entre les mains de nombreuses organisations de presse. Les services spéciaux «hostiles» aux USA doivent déjà avoir réussi à les décrypter, mettant ainsi en péril la sécurité de nombreux agents de renseignements en mission à l'étranger.

C'est inadmissible et intolérable. Des attaques contre le monde libre que l'on tente de justifier par la liberté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment est-ce que le "monde libre" est-il attaqué par la révélation de l'antagonisme entre les Arabes et les Perses?

Je crois plutôt que la corruption inhérente au monde fermé de la politique étrangère mérite un grand coup de nettoyage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wikileaks a révélé que l'Arabie Saoudite a demandé aux USA de bombarder les sites d'enrichissement d'uranium Iraniens. Ce faisant ils ont compromis la paix mondiale, considérant que la Russie supporte l'Iran et les USA, l'Arabie Saoudite.

Désolé de briser la capsule temporelle dans laquelle tu t'étais réfugié, mais les Blocs de l'Est et de l'Ouest sont tombés en 1991.

La guerre froide est terminée! Célébrons!

vj_day_kiss.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas tout à fait Gilles.

Ce que j'ai dit est rigoureusement vrai. Ce n'est plus une question de système idéologique (communisme vs capitalisme) mais les influences demeurent.

Un autre exemple criant est la Corée du Nord, sous influence chinoise et la Corée du Sud sous la protection des USA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Architecture of WikiLeaks

1292009610-284333226-08-528x386.jpg

Plus de photo

C'est du bunker ça mes amis! Ça continue d'avoir l'air de plus en plus d'un film cette histoire là... on s'entend que sa fait très «Cachette du gros méchant traqué par James Bond 007»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Affirmer que les révélations de Wikileaks vont être globalement nuisibles n'est que de la pure spéculation. Les enjeux mondiaux sont trop complexes pour affirmer avec conviction une telle chose. À ce que je sache, il n'est pas insensé de penser que ces révélations vont sauver des vies.

En fait, nous n'en savons rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Facile à dire. À la limite on peut tenir de tels propos au sujet de n'importe quoi.

Affirmer que les révélations de Wikileaks punaises de lit vont être globalement nuisibles n'est que de la pure spéculation. Les enjeux mondiaux sont trop complexes pour affirmer avec conviction une telle chose. À ce que je sache, il n'est pas insensé de penser que ces révélations insectes vont sauver des vies.

En fait, nous n'en savons rien.

Juste un exemple. Remplacez par «faillites bancaires», «récessions mondiales» et ça marche aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Facile à dire. À la limite on peut tenir de tels propos au sujet de n'importe quoi.

Juste un exemple. Remplacez par «faillites bancaires», «récessions mondiales» et ça marche aussi.

Non, pas vraiment.

Nous connaissons très bien les conséquences négatives d'une infestation de punaises de lit ou d'une crise économique tandis qu'on ne connait pas encore les conséquences des révélations de Wikileaks; même si Woot Woot et toi assumez qu'elles seront catastrophiques.

La vérité, c'est que nous n'en savons absolument rien. La divulgation de ses documents secrets pourrait tout aussi bien nous entrainer dans une nouvelle guerre ou bien en éviter une en forçant les américains à revoir leur politique interventionniste et leurs relations diplomatiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un reportage d'une heure fait par la télévision suédoise, filmé au cours de l'été dernier. Je viens d'écouter les 15 premières minutes. Plutôt intéressant. Ça permet d'avoir la vision d'Assange selon ses propres mots.

  • ;
  • ;
  • .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Questions de Ron Paul au peuple américain.

Number 1: Do the America People deserve know the truth regarding the ongoing wars in Iraq, Afghanistan, Pakistan and Yemen?

Number 2: Could a larger question be how can an army private access so much secret information?

Number 3: Why is the hostility directed at Assange, the publisher, and not at our governments failure to protect classified information?

Number 4: Are we getting our moneys worth of the 80 Billion dollars per year spent on intelligence gathering?

Number 5: Which has resulted in the greatest number of deaths: lying us into war or Wikileaks revelations or the release of the Pentagon Papers?

Number 6: If Assange can be convicted of a crime for publishing information that he did not steal, what does this say about the future of the first amendment and the independence of the internet?

Number 7: Could it be that the real reason for the near universal attacks on Wikileaks is more about secretly maintaining a seriously flawed foreign policy of empire than it is about national security?

Number 8: Is there not a huge difference between releasing secret information to help the enemy in a time of declared war, which is treason, and the releasing of information to expose our government lies that promote secret wars, death and corruption?

Number 9: Was it not once considered patriotic to stand up to our government when it is wrong?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...