Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

PDF : cdn.fbsbx.com
 

 
Aux gens concernés par cette lettre, aux employeurs, aux amis, aux collègues, aux familles et à vous, journalistes, qui allez être la clef du succès de cette lettre.

Je me présente, Caroline « nom fictif » membre du groupe radical « Hyènes en jupons » et une des nombreuses modératrices de la page qui compte plusieurs admins, éditrices et rédactrices. Depuis quelque temps, notre page dénonce des comportements inappropriés et des inconduites sexuelles par le biais de témoignages. Par conséquent, j’aimerais vous mettre en garde en me dissociant, à partir de maintenant, de ce groupe radical en vous faisant part de mon expérience en tant que membre du collectif.

À la fin de ce long texte, vous allez y retrouver une liste de noms ayant reçu de faux témoignages et/ou ayant été mis sur une liste et les prochains gros noms qui s’y retrouverons pour les raisons que j’explique dans ce texte. Merci de lire en intégralité afin de bien comprendre la problématique que nous vivons en ce moment. Je vous encourage, surtout les médias, à publier mon texte qui se retrouvera aussi sur une page Facebook.

Débutons par ce que je reproche à mes collègues du groupe radial « Hyènes en Jupons » et à la liste d’Emma Pearson (Эмма Пирсон)
- Écriture et publication de faux témoignages.
- Adaptation de témoignage en ajoutant des faits incriminants.
- Aide aux présumées victimes à produire/rédiger de fausses dénonciations dans le but d’obtenir un impact plus fort et plus crédible sur l’entourage de l’agresseur et sur l’opinion publique.
- Récolte et partage de témoignage et ajout de nom à la liste, sans preuve, sans capture d’écran et/ou provenant de comptes Facebook anonymes.
- Campagne de salissage.
- Vengeance personnelle envers des hommes dont certaines femmes du collectif ont eux de mauvaise expérience, mais qui n’ont rien fait d’incriminant.
- Refus d’admettre publiquement que nous avons reçu un lot de faux témoignages qui ont été publiés.
- Refus de s’excuser publiquement.
- Intimidation, chantage et harcèlement envers certaines femmes du collectif désirent quitter le groupe.

Mon histoire.

Quand je me suis jointe au groupe « Hyènes en jupons », mon souhait était d’écrire des articles dans le but de faire avancer le mouvement féministe, d’éduquer, d’informer les gens et d’inciter les femmes à se joindre à notre cause. Toutefois, le groupe « Hyènes en Jupons » a pris une autre tournure depuis un bon moment. À l’heure où j’écris ces lignes, mes collègues récoltent des témoignages de victimes afin d’accumuler des preuves et de dénoncer de vrais agresseurs, ce qui est tout à leur honneur, cela dit, ce qui ne l’est pas, c’est que ces mêmes personnes (Membres de Hyènes en Jupons et [Эмма Пирсон] publient, inventent et rédigent de faux témoignages sur de présumés agresseurs en se basant sur de vrais témoignages qui en aucun cas n’étaient incriminants et d’intérêt public.

Des actions radicales

Notre groupe aide de vraies victimes, mais également, des présumées victimes qui nous écrivent de comptes Facebook anonyme. Nous leur fournissons des témoignages plus crédibles en ajoutant des détails ou en fabriquant de toute pièce des témoignages qui servent ensuite à être partagés sur la page Facebook « Hyènes en jupons ». En outre, depuis un moment, nous avons reçu un nombre incroyable de témoignages provenant de sources peu crédibles, la plupart, de comptes anonymes et nous les publions sans même se demander si c’est de la vengeance ou si les faits sont véridique. #OnVousCroit a ouvert une boite de pandore (on vous croit et on vous publie, sans même douter de vous). En plus d’inventer certains témoignages dans leur entièreté, plusieurs collaboratrices de la page les « Hyènes en jupons » peaufinent des dénonciations en ajoutant des détails erronés aux témoignages que nous recevons afin de les rendre plus incriminants.

Plusieurs hommes ont été dénoncés, or, certains de ces hommes nous ont fait parvenir des captures d’écran prouvant leur innocence, néanmoins, Malheureusement, égoïstement et stratégiquement, il était hors de question de leur donner raison et de supprimer un faux témoignage de notre page ou leur nom d’une liste. Cela aurait mis un doute sur la crédibilité de nos actions et aurait terni la réputation de notre page, de notre collectif, discréditant ainsi les vraies victimes de viol et d’agression sexuelle. Pourquoi avons nous utilisé cette méthode ? Afin d’exagérer les faits et se débarrasser une fois pour tout de la masculinité toxique de manière radicale.

Vous comprenez donc ici que nous aidons en termes de crédibilité des victimes ayant subi de la méchanceté gratuite, des insultes, de l’intimidation et des commentaires sexistes à dénoncer et à se venger de ces hommes par le biais de faux témoignages et/ ou en ajoutant leur nom à une liste, sans preuve. Je n’ai plus envie de faire partie de cette solution radicale. Tâcher de m’endormir le soir en me demandant si j’ai détruit une carrière, une réputation ou bien si j’ai causé une dépression ou même la mort n’est pas être normal. Je ne peux plus participer à cette forme de justice, nous en avons littéralement pris possession, nous sommes les juges, nous avons un impact plus fort que la justice a elle-même sur des vies humaines. Nous décidons qui détruire. Les réseaux sociaux sont maintenant l’arme de prédilection de cette guerre « civile » moderne.

Quels sont les objectifs des hyènes en jupons ? Lorsqu’on est nouvelle dans ce groupe radical, on y voit que la façade, une belle maison remplie de femmes fortes et brillantes qui désirent obtenir de meilleures conditions. Après un certain temps, on découvre que derrière cette façade, se cache une autre mission que de dénoncer les comportements abusifs, les viols et les agressions.

Un des objectifs clairs mentionnés durant nos réunions est de rendre l’accès à l’emploi plus difficile pour les hommes par le biais de campagnes de salissage et en créant un sentiment de peur au sein des entreprises. La peur qu’engager un homme soit un risque. Elles ont en tête que les entreprises devraient avoir le réflexe de croire que : l’embauche d’un homme = un risque d’embaucher un agresseur qui pourrait ternir la réputation de l’entreprise et engendrer des pertes financières importantes. Une entreprise n’a aucune envie de voir sa réputation entachée par des allégations, des histoires de harcèlement, des agressions sexuelles et de viol. Les conséquences se comptent en pertes de milliers voire des millions de dollars. Engager une femme serait donc un choix plus judicieux qui apporterait une sécurité financière, évitant les pertes de revenu. Quand ce courant de pensée sera bien ancré dans notre société, plus de femmes seront engagées. Un moyen radical, mais bien pensé !

Si vous regardez les témoignages sur notre page, vous allez rapidement vous rendre compte que « Hyènes en jupons » attaquent souvent le milieu culturel (artistique), le milieu de l’éducation et bientôt la politique. Pourtant, des agressions sexuelles, il y en a dans toutes les sphères, toutefois, le message était clair depuis longtemps, les hommes qui ont des postes d’influences, les artistes et les personnes de pouvoir en premier ! Nous utilisons des stratagèmes RADICAUX afin de faire avancer le mouvement. Une pratique que je n’acquiesce pas.

Il est essentiel que les droits des femmes soient égaux à ceux des hommes, que la parité soit respectée dans chaque entreprise, on se bat depuis trop longtemps avec le but d’acquérir les mêmes droits, les mêmes salaires et le même respect que les hommes accordent aux hommes. #BoysClub.

La page Hyènes en jupons est un cri du cœur, mais un cri trop violent pour la personne sensible que je suis. Et si un homme se suicidait après un faux témoignage ? Ce n’est pas de cette manière que je veux me battre, ce n’est pas en utilisant cette méthode que je veux faire avancer les choses. C’est pour cette raison que je quitte le collectif.

Je vous demande pardon. En terminant, j’aimerais demander pardon aux hommes qui ont été victime de faux témoignages, de fausses dénonciations et de fausses captures d’écran, mais avant tout, j’aimerais demander pardon aux vraies victimes de crimes sexuels qui voient leur agresseur se faire voler le « spotlight » par des hommes connus qui sont faussement accusés par l’entremise de faux témoignages. Le but étant de créer un « trend » et de démontrer que la femme est l’alternative sécuritaire des prochaines années.

Il est difficile psychologiquement pour une femme de dénoncer son agresseur à la police, la justice se moque de nous, on se fait dire qu’il manque de preuve, que nos témoignages ne sont pas assez détaillés, qu’ils ne peuvent rien faire. Tout ça, on le vit en ayant honte de s’être fait violer. Si par chance les autorités acceptent de nous croire, il est cependant difficile d’obtenir un jugement en notre faveur. Les témoignages faits sur les réseaux sociaux sont plus simples. Par conséquent, cela fait en sorte que le nombre de dénonciations reçu par internet est plus élevé que le nombre de dénonciations fait légalement. Qui dit plus de témoignages dit plus de fausses dénonciations.

LA LISTE Discutons rapidement de la liste produite par Emma Pearson (Эмма Пирсон) qui est une de nos alliées. La page « Victimes voices Montréal » s’est dissociée et a supprimé cette liste qui avait été créée au moyen d’un document sur Google drive où des centaines de femmes provenant de groupes privés avaient accès. L’adresse du Google Doc a été donnée dans les commentaires de la publication de la liste. Par la suite, n’importe qui « homme ou femme » pouvait entrer sur le document et écrire les noms qu’il ou qu’elle désirait. Nous avions donc la possibilité d’écrire des noms et des témoignages comme bon nous semble. Cette action a donné lieu à de fausses dénonciations. Si « Victimes voice of Montréal » mentionne qu’il y a eu de fausses dénonciations, c’est qu’il y en a eux. Jetez un œil à mes captures d’écran.

Mes collègues du groupe « Hyènes en Jupon » sont rusés, éduqués, intelligents et sournoise. Elles ont des BAC, des maitrises et travaillent dans plusieurs sphères. Leur réponse à ma lettre risque de rendre mon témoignage peut crédible, de quelle manière elles le feront, il m’est impossible de le savoir, or, elles seront minutieusement dans leur réponse et réfléchi dans leur action.

Notez qu’il est facile de créer de fausses captures d’écran, en voici la preuve : https:// http://www.lapresse.ca/actualites/ju...aux-textos.php

Maintenant, un site qui aide à produire de fausses captures d’écran : https:// zeoob.com/

Ce site revenait souvent en commentaires dans plusieurs groupes de dénonciations et de soutiens privés. À mainte reprise, des victimes conseillaient à d’autres victimes qui n’avaient pas de capture d’écran d’aller en concevoir s’inspirant de la conversation avec leur présumé agresseur. Une chose qui n’aurait jamais dû être tolérée. Comment savoir qui dit la vérité maintenant ? Moi même je vous envoie des captures d’écran qui peuvent être jugées comme fausses par vous, par le groupe, par des femmes et les hommes qui soutiennent notre page et nos actions.

LISTE Voici la liste des noms ayant reçu des témoignages qui ont été écrits en intégralité ou en partie par mes anciennes collègues de la page Hyènes en jupons. et/ou, mis sur la liste d’Emma Pearson (Эмма Пирсон) site web « https://dissonnom.wordpress.com

Les noms ci-dessous ont été victime d’une ou plusieurs fausses dénonciations et de faux témoignages suivis d’une campagne de salissage. Les informations ajoutées à leur nom ont été récoltées sur notre page ou à partir de groupes privés. Les comportements réels et prouvés qui ont été reprochés à ces hommes ne sont en aucun cas incriminants et alarmants. Ces hommes ne représentent pas un risque pour les employeurs, pour les entreprises, pour les femmes et les membres de leur famille.

Ce que vous devez vous poser comme question ? : les hommes de cette liste, comment se comporte-t-il avec vous ? Est-ce que les témoignages collent avec ce qu’ils vous ont démontré de leur personnalité ? Les avez-vous déjà rencontrés ? Sontils respectueux envers vous et vos proches ? Est-ce que vous les appréciez ? Si vous avez de bons mots à leur égard, défendez ces gens, partagez mon histoire et accordez-leur cette fameuse présomption d’innocence.

Christian Bernier (1 faux témoignage que nous allons peaufiner)

Dany Drouin. (Producteur) (1 Faux Témoignage) Dany échangeait de manière consentante avec une de nos Hyènes dans le passé, par la suite, il y a eu une grosse dispute avec notre collègue, nous avons donc décidé de créer un faux témoignage afin de peut-être recevoir de vrais témoignages.)

Dave-Éric Ouelette (Mcgilles) (Faux Témoignages en écriture) (McGilles était enseignant à l’École Nationale de l’humour, après avoir fait une blague déplacée à une élève, il s’est retrouvé sur la liste, or, le thème du cours portait sur les blagues de sexe, cela se voulait un clin d’œil à la thématique)

David Gagné (Réalisateur) (Vengeance prouvée, la présumée victime s’est excusée d’avoir donné son nom, David a seulement fait du « slutshamming » et été méchant envers une femme)

Dominic Paquet (Humoriste) (Témoignage anonyme sans capture d’écran, un faux témoignage plus incriminant est en écriture)

Jeanseb Roux (Victime de Vengeance après avoir fait part de son opinion de manière agressive à plusieurs personnes sous les commentaires de la liste d’Emma Pearson alias Эмма Пирсон, et ce, avant même que son nom soit ajouté à la liste.

Jessy Sheehy [Humoriste] [faux témoignage en écriture par les Hyènes et faux témoignages reçus.] Après avoir consulté plusieurs femmes dans différents groupes, les faits seraient exagérés, la victime aurait menti. [capture d’écran reçue], néanmoins, son nom n’a pas été retiré de la liste.

Joseph Joe Ferraro [Associé Chez Deloitte] [Histoire très compliquée, beaucoup de captures d’écran des deux côtés laissant croire à une séparation difficile avec beaucoup d’argent en jeu. Des rumeurs qu’il a commis d’autres actes figuraient sur le groupe, mais sans preuve]

Keven Rivard [Keven.Rivard] [Chagnon & Associés/White Haven Valeurs immobilières] [il y a 15 ans, Keven était promoteur dans les clubs à Montréal et de la rive nord, deux femmes nous ont écrit afin de le dénoncer, or, nous avons reçu des captures d’écran prouvant son innocence, en revanche, son nom n’a pas été supprimé de la liste]

Kevin Bonneau (Humoriste). (Plusieurs Faux Témoignages par nous) (La Meute lui avait créé de faux comptes et avait envoyé des messages inappropriés à des femmes, à des hommes et à sa famille après qu’il ait écrit un article satirique se moquant de Jeff Fillion, de La Meute et de l’extrême droite.) Il a prouvé certaines histoires avec des captures d’écran, articles et témoins de sa famille.

Manuel Dos Santos milieu de la Kizomba, DJ, professeur et promoteur. (Le cas de Dos Santos n’est pas facile à traiter, nous avons reçu un témoignage qui semble vrai, mais nous avons aussi reçu des captures d’écran de gens du milieu de la Kizomba discréditant la victime. Ces captures d’écran démontraient que la personne qui nous a envoyé le témoignage mentionnait vouloir aller à la police pour l’accuser faussement d’agression sexuelle, les témoignages sont toujours sur la page.

Marc André Avon (Marc-André a été violent verbalement à plusieurs reprises, cependant, les captures d’écran reçues n’ont rien prouvé d’autre. Il y avait des rumeurs de photo non sollicitées, mais aucune preuve. À ce jour, il n’y a aucun témoignage sur notre page, mais son nom n’a toujours pas été supprimé de la liste)

Marc Lessard (Master Bouggaricci) (durant une soirée, Marc a embrassé une femme qu’il a rencontrée, celle-ci était consentante. Par la suite, elle l’a même invité à une 2e date. Au final, elle lui a écrit un courriel quelques jours après leur 2e rencontre afin de lui dire qu’elle n’était pas à l’aise qu’ils se soient embrassés. Le tout a été fait dans le consentant. Néanmoins, la réaction de Marc aurait été insultante, son nom n’a pas été supprimé de la liste)

Michel Sigoillot, Directeur et Professeur de l’école de massothérapie professionnel Équilibre et Détente à Rimouski. (1 témoignage provenant de compte Facebook anonyme qui a été peaufiné par une de nos rédactrices.)

Nico Rosenberg Riveros (producteur de musique) (Montréal) (1 faux témoignages compte anonyme, sans capture d’écran, son nom est encore sur la liste)

Nicolas Philibert (Président Du Fast/Vice-Président Du Gib Fest/Enseignant En Éducation Physique) (1 témoignage reçu d’un compte anonyme Facebook, nous avons peaufiné le témoignage par manque de détail et avec l’accord de la victime)

Ramon Aceuda (Témoignage reçu de compte Facebook anonyme, ce même compte qui dénonçait monsieur Aceuda a envoyé 4 autres témoignages sur différentes personnes, les témoignages comportaient environ 50 mots, très mal écrits, nous avons pris la décision de les améliorer et de les publier)

Réal Béland (Humoriste) (Rien qui mérite un témoignage, néanmoins, un témoignage est en écriture par une de nos rédactrices)

Stéphane Morneau (chroniqueur à RDS/auteur) L’histoire n’était pas très claire, quand nous avons demandé des captures d’écran, le compte a été supprimé, laissant croire que cela était de fausse accusation, nous avons décidé de laisser son nom sur la liste.

LES PROCHAINS

Maintenant, voici une liste de noms connus qui était sur le point d’être dévoilée au public. Sur une période de 6 mois, les hyènes et d’autres groupes allaient publier ces noms afin d’atteindre leur objectif ou par simple vengeance d’avoir vécu une mauvaise expérience avec ceux-ci. Méfiez-vous, tous ces noms comportent de faux témoignages ou seront simplement mis sur la liste sans explication dans le but d’amener un doute au sein du public et des entreprises. Si vous voyez ces noms circuler sur internet, encore une fois, ce sont de faux témoignages. Ils n’ont rien fait.

Charles Lafortune (Animateur-producteur)
Darryl White ( Chef de la direction, BMO Groupe Financier)
Francois Lambert
Henrick Simard président FEQ (festival d’été de Québec)
Jacques André Dupont (Président DG équipe Spectra)
Jeff Fillion (animateur Radio)
Jonas Tomalty ( Chanteur)
Louis Morissette (Producteur)
Martin Gauthier : (Président de Sid Lee Montréal et chef mondial des opérations, associé principal
Mike Ward (Humoriste)
Olivier Martineau (humoriste)
Olivier Primeau (Beach Club)
Patrick Huard (producteur-animateur)
Stéphane Bellavance (animateur)
Stéphane Vaillancourt (Président-directeur général YMCA)
Éric Bruneau (Acteur)
Éric Martel (Bombardier)
Étienne Dano (Humoriste)
Étienne Grégoire (Directeur musical réseau Rythme FM, Cogeco Media)

En plus des faux témoignages, voici une liste de noms figurant dans la liste qui ne devrait pas s’y retrouver. Malheureusement je n’ai pas la liste complète de toutes les fausses dénonciations, mais j’espère pouvoir aider certains noms à redorer leur réputation.

Alec Vanier (entraîneur de basketball au secondaire) (St-Jérôme)
Alex Roof (Humoriste)
Alexandre Corriveau (Sherbrooke)
Alexandre Ross (Joliette)
Alexis Tremblay-Pelletier (Laurentides)
Alfredo Carreon Zanatta
Antoine Brunet (UdeM/mathématiques)
Antoine-Pierre Tannhaüser (Pierre Poulin) (enseignant en philosophie)
Cédric Bérard-Patry (comédien) (TYPE 1)
Hugo Rozon (fondateur de Aone Marketing)
Jean-Sébastien Roux (Jeanseb Roux)
Michel Courtemanche (Humoriste)
Miguel Bujold (journaliste à La Presse)
Simon Deschênes (Cégep Édouard-Montpetit/UQAM)
Simon Cardinal (sim.cardinal) (employé chez Vidéotron au service d’affaires) (île Perrot)
Stéfan Perreault (comédien)

Notez que malgré les mauvaises intentions des Hyènes en jupons, ce groupe m’a aidée à survivre psychologiquement à mon agression sexuelle, elles ont été des amies et des alliées, je vous en remercie. Le féminisme est important, il ne doit pas mourir et être boudé en raison de leur comportement frauduleux, de leur soif de vengeance envers des gens dont elles jugent avoir eux une mauvaise expérience. Travaillons ensemble sur une solution saine avant de créer plus de dommage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, L'Oracle-W00t a dit :

Manal Drissi, quelle vidange cette femme..

Vidange peut-être pas mais ouin...elle n'aide pas trop trop sa cause.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2020-07-16 à 22:38, L'Oracle-W00t a dit :

La fille derrière la liste de dénonciation Dis son nom  et  ses likes..  je suis certains que vous allez être surpris:

https://dissonnom.wordpress.com/

 

109475657_10220145496846458_2210442178041071176_n.jpg

Pourquoi elle n’a pas liké la page de Robespierre, le grand inquisiteur de la révolution française ?
 

https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:PXYugaO5vaIJ:https://dissonnom.wordpress.com/+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=ca&client=safari

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'sais, le concept de donner une tribune aux gens, surtout des femmes, qui subissent des abus sexuels, c'est une bonne chose. Leur permettre de se rendre compte que LEUR bourreau l'a été pour plusieurs autres personnes (j'ai vu ça plusieurs fois sur FB récemment), c'est aussi une bonne chose. Leur permettre un certain anonymat pour éviter le "victim shaming", je trouve aussi que c'est une bonne chose. Empêcher les gens de répondre directement sur la page sauf pour lancer des messages de solidarité aux victimes, en théorie, je ne suis pas contre. Mettre fin au "règne de terreur" de plusieurs abuseurs en série, encore une fois, 100% pour. Bref, l'idée de base, je suis plus que "pas contre", je l'appuie totalement. Cependant, je ne peux nier les immenses débordements que ça entraîne.

  • Je ne peux pas être pour le renversement de la présomption d'innocence.
  • Je ne peux pas être en faveur des faux témoignages (que ce soit par vengeance, par agenda politique ou un incel qui fait un faux témoignage pour montrer que leur mouvement c'est de la marde).
  • Je ne peux pas appuyer l'agenda politique de la lettre partagée par W00t W00t (je suis d'accord sur le fond ie la nécessité de sortir la "gangrène" de certains milieux, mais pas le moyen).

Il y a néanmoins quelque chose que nous pouvons tous faire et c'est de prendre le temps de comprendre pourquoi on voit ce genre d'organisations radicales émerger. W00t, quand on le traite d'extrémiste, se plaît à dire que s'il y a des mouvements radicaux de droite, c'est parce que la gauche intellectullo-masturbatoire (ou autre formulation remplie d'adjectifs qui ne fittent pas ensemble et/ou de pseudo-néologismes qu'il a inventée ce jour-là) méprise les gens ordinaires et que ces derniers sont tannés de se faire dire comment penser alors ils "réagissent" comme ça. Les organisations/idées radicales viennent donc combler un besoin réel qu'elles utilisent pour pousser un autre agenda. Ironiquement, il n'a pas COMPLÈTEMENT tort - son délire sur une intelligentsia de la gauche c'est du n'importe quoi, mais la réaction émotive face à la montée de mouvements sociaux qu'ils ne comprennent pas nécessairement est vraie.  

C'est un peu le même phénomène ici. En tant que société, on a ENCORE la forte tendance à minimiser tout ce qui n'est pas un "vrai" viol (un homme arrache les culottes d'une fille, lui câlisse une volée et la pénètre sauvagement). Pis MÊME dans le cas de "vrais viols", il n'est pas rare qu'on entende des gens blâmer les victimes; "pourquoi tu t'habilles comme ça", "ouais, mais c'te fille-là, c'est une agace", "sors pas toute seule le soir après minuit, c'est courir après". Combien de fois lit-on ou entend-on, lorsqu'il y a un procès pour abus sexuel, "ouan, c'était juste une erreur de jeunesse, il ne faudrait quand même pas détruire la vie de ce jeune homme pour ÇA!"? Trop souvent. Résultat: combien de femmes n'osent pas dénoncer? TROP! Par peur de ne pas être crue, par peur d'être ostracisée, par honte, etc. Bref, en réponse à cette culture, il y a une réponse radicale. 

Doit-on dénoncer les excès de cette réponse radicale? Absolument, tout comme il faut dénoncer les excès de tous les extrémistes. Mais, il faut prendre le temps de résoudre le VRAI problème derrière la réaction extrème. Parce que le sentiment qui est communiqué est LÉGITIME! Parce que les failles systémiques qui sont dénoncées sont VRAIES! 

Bref, il y a un travail ÉVIDENT à faire sur notre façon, en tant que société, de combattre les abus sexuels. On est mieux que nous l'étions, mais on fait encore dur. Malheureusement, les dérives comme les Hyènes en jupon, même si elles décrédibilisent initialement la cause, font bouger les choses et amènent des prises de conscience. Il faut donc que l'appel à l'aide soit entendu et que de VRAIES actions bien encadrées soient prises. Quelle forme est-ce que ça doit prendre? Aucune idée. Mais il y a DÉFINITIVEMENT un changement de paradigme qui doit s'opérer. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut avouer que la lettre sonne faux en esti. Chaque constat moral qui est fait ne sont que des arguments convenus à peine reformulés qui épousent les visions superficielles de l'homme lambda. Si c'est une vraie lettre, c'est vraiment maladroit. Remplie de concessions faciles pour opposer des points de vus génériques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Commissaire Laviolette a dit :

Faut avouer que la lettre sonne faux en esti. Chaque constat moral qui est fait ne sont que des arguments convenus à peine reformulés qui épousent les visions superficielles de l'homme lambda. Si c'est une vraie lettre, c'est vraiment maladroit. Remplie de concessions faciles pour opposer des points de vus génériques.

Honnêtement, je sais pas. 

Beaucoup de gens pointent les fautes, le féminin pas constant et la façon maladroite que tout ça est écrit pour décrédibiliser la lettre. C'est vrai que si ton but c'est d'envoyer une lettre aux médias, tu t'applique plus que ça (quoi que c'est inégal, t'a des bouts plus propres et d'autres moins). 

Cependant, c'est un raisonnement qui est aussi vrai dans les deux hypothèses, que ce soit vraiment une "insider" ou bien quelqu'un qui veut brasser de la marde en inventant une lettre, tu aurais intérêt à rendre ça plus crédible par une meilleure écriture.

Mais bon, ce qui rend ça le moins crédible c'est probablement l'usage du féminin qui est pas constant. 

Ce qui rend ça le plus crédible c'est la façon que la liste de nom avec détails dans la dernière partie à un côté à la fois précis et "random" dans le choix des noms et des explications. Dans le sens que si tu partais de zéro pour inventer une lettre et inventer des fausses histoires de "manipulation" de la part de Hyènes en jupon, faudrait que t'invente un tapon de détails à la fin, d'une manière qui a l'air "organique", chose qui est pas nécessairement évidente. Les noms mélangent aussi pas mal de monde pas connu vraiment du grand public avec des noms connus. J'imagine que la personne qui a écrit ça, que ce soit vraiment une ancienne Hyène ou que ce soit un homme pour se venger, dans les deux cas c'est probablement quelqu'un qui est "insider", soit insider à ce qui se passe dans les Hyènes, ou insider dans ce qui se passe dans le milieu artistique et de production.

Ceci étant dit, ça serait intéressant de voir ce qu'en pensent les gars qui sont nommés. Par exemple est-ce que ce qui est écrit là correspond vraiment à ce que Master Bougarricci dirait qui est arrivé ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exemple

"Manuel Dos Santos milieu de la Kizomba, DJ, professeur et promoteur. (Le cas de Dos Santos n’est pas facile à traiter, nous avons reçu un témoignage qui semble vrai, mais nous avons aussi reçu des captures d’écran de gens du milieu de la Kizomba discréditant la victime. Ces captures d’écran démontraient que la personne qui nous a envoyé le témoignage mentionnait vouloir aller à la police pour l’accuser faussement d’agression sexuelle, les témoignages sont toujours sur la page."

Techniquement, ça implique là dedans que des personnes pourraient corroborer ce qui est dit dans la lettre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 42 minutes, Vacpower™ a dit :

Honnêtement, je sais pas. 

Beaucoup de gens pointent les fautes, le féminin pas constant et la façon maladroite que tout ça est écrit pour décrédibiliser la lettre. C'est vrai que si ton but c'est d'envoyer une lettre aux médias, tu t'applique plus que ça (quoi que c'est inégal, t'a des bouts plus propres et d'autres moins). 

Cependant, c'est un raisonnement qui est aussi vrai dans les deux hypothèses, que ce soit vraiment une "insider" ou bien quelqu'un qui veut brasser de la marde en inventant une lettre, tu aurais intérêt à rendre ça plus crédible par une meilleure écriture.

Mais bon, ce qui rend ça le moins crédible c'est probablement l'usage du féminin qui est pas constant. 

Ce qui rend ça le plus crédible c'est la façon que la liste de nom avec détails dans la dernière partie à un côté à la fois précis et "random" dans le choix des noms et des explications. Dans le sens que si tu partais de zéro pour inventer une lettre et inventer des fausses histoires de "manipulation" de la part de Hyènes en jupon, faudrait que t'invente un tapon de détails à la fin, d'une manière qui a l'air "organique", chose qui est pas nécessairement évidente. Les noms mélangent aussi pas mal de monde pas connu vraiment du grand public avec des noms connus. J'imagine que la personne qui a écrit ça, que ce soit vraiment une ancienne Hyène ou que ce soit un homme pour se venger, dans les deux cas c'est probablement quelqu'un qui est "insider", soit insider à ce qui se passe dans les Hyènes, ou insider dans ce qui se passe dans le milieu artistique et de production.

Ceci étant dit, ça serait intéressant de voir ce qu'en pensent les gars qui sont nommés. Par exemple est-ce que ce qui est écrit là correspond vraiment à ce que Master Bougarricci dirait qui est arrivé ?

Bof, je ne parle pas de la grammaire. Je parle surtout de la faiblesse de l'argumentaire pour justifier son désistement et la dénonciation. La syntaxe et l'organisation des idées. Ça donne une impression de colère construite à partir de valeurs apprises par coeur.

Exemple :

Citation

Un des objectifs clairs mentionnés durant nos réunions est de rendre l’accès à l’emploi plus difficile pour les hommes par le biais de campagnes de salissage et en créant un sentiment de peur au sein des entreprises. La peur qu’engager un homme soit un risque. Elles ont en tête que les entreprises devraient avoir le réflexe de croire que : l’embauche d’un homme = un risque d’embaucher un agresseur qui pourrait ternir la réputation de l’entreprise et engendrer des pertes financières importantes. Une entreprise n’a aucune envie de voir sa réputation entachée par des allégations, des histoires de harcèlement, des agressions sexuelles et de viol. Les conséquences se comptent en pertes de milliers voire des millions de dollars. Engager une femme serait donc un choix plus judicieux qui apporterait une sécurité financière, évitant les pertes de revenu. Quand ce courant de pensée sera bien ancré dans notre société, plus de femmes seront engagées. Un moyen radical, mais bien pensé !

Ce paragraphe aurait pu être écrit par Woot si tu enlèves "durant nos réunions" et que tu remplaces "Un moyen radical, mais bien pensé!" (LOL, la formulation, voyons même la personne qui l'écrit ne se croit pas) par "une manipulation dangereuse des féminazies". Tu peux pas faire une sortie pour dénoncer des comportements tout en faisant l'apologie de chaque méthode malgré toi.

Cette lettre est pas loin du fantasme.

"David a seulement fait du slutshamming et été méchant envers une femme"...

--------

Je te dis pas qu'on ne devrait pas la considérer et être vigilant, mais toute chose considérée...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Vacpower™ a dit :

Honnêtement, je sais pas. 

Beaucoup de gens pointent les fautes, le féminin pas constant et la façon maladroite que tout ça est écrit pour décrédibiliser la lettre. C'est vrai que si ton but c'est d'envoyer une lettre aux médias, tu t'applique plus que ça (quoi que c'est inégal, t'a des bouts plus propres et d'autres moins). 

Cependant, c'est un raisonnement qui est aussi vrai dans les deux hypothèses, que ce soit vraiment une "insider" ou bien quelqu'un qui veut brasser de la marde en inventant une lettre, tu aurais intérêt à rendre ça plus crédible par une meilleure écriture.

Mais bon, ce qui rend ça le moins crédible c'est probablement l'usage du féminin qui est pas constant. 

Ce qui rend ça le plus crédible c'est la façon que la liste de nom avec détails dans la dernière partie à un côté à la fois précis et "random" dans le choix des noms et des explications. Dans le sens que si tu partais de zéro pour inventer une lettre et inventer des fausses histoires de "manipulation" de la part de Hyènes en jupon, faudrait que t'invente un tapon de détails à la fin, d'une manière qui a l'air "organique", chose qui est pas nécessairement évidente. Les noms mélangent aussi pas mal de monde pas connu vraiment du grand public avec des noms connus. J'imagine que la personne qui a écrit ça, que ce soit vraiment une ancienne Hyène ou que ce soit un homme pour se venger, dans les deux cas c'est probablement quelqu'un qui est "insider", soit insider à ce qui se passe dans les Hyènes, ou insider dans ce qui se passe dans le milieu artistique et de production.

Ceci étant dit, ça serait intéressant de voir ce qu'en pensent les gars qui sont nommés. Par exemple est-ce que ce qui est écrit là correspond vraiment à ce que Master Bougarricci dirait qui est arrivé ?

Tu touches ici un point TRÈS important.

La perception de nos propres actions. Le problème, j'ai l'impression, c'est que, dans bien des cas, la personne ne réalise pas qu'elle a un comportement dérangeant. Je ne parle pas ici des Marcel Aubut de ce monde qui ont des comportements qui sont évidemment déviants. 

Ressentir le malaise de la personne qu'on essaie d'attirer dans son lit, ce n'est pas nécessairement évident. Et bon, on est conditionné à "poursuivre" parce qu'il est donc bien vu d'être un "closer". Cela peut donner lieu à des comportements socialement acceptés, mais qui entrent techniquement dans le harcèlement et dans l'abus. 

Bref, ça revient à la "déprogrammation" dont je parlais plus haut. Il faut se conditionner autrement et apprendre à reconnaître les comportements problématiques. Notre rapport à la séduction ET à la sexualité sont peut-être à ré-évaluer. Je pense que c'est une des prises de conscience les plus importantes à avoir. Si on agit différemment et n'accepte plus certains comportements, on règle une partie du problème. Je ne serais pas surpris que les personnes qui n'ont qu'une plainte "pas trop convaincante" entrent souvent dans cette catégorie. Ils ne méritent pas la prison, mais il y a du boulot d'éducation à faire. Il n'y a pas que l'agresseur en série qui cause problème. T'sais, intervenir après l'acte, c'est trop tard. Il faut prévenir.

Les chasses aux sorcières, ça ne règle pas les problèmes, mais ça force des discussions importantes. Mon père aime dire que ça prend les extrêmes pour être capables d'en arriver à des solutions viables. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, MattIsGoD a dit :

 

Mon père aime dire que ça prend les extrêmes pour être capables d'en arriver à des solutions viables. 

C’est ce que faisait les syndicats anciennement.

Demander le double de ce qu’il voulait comme augmentation salariale.  

Aujourd’hui exiger trop peut faire discréditer un mouvement.

Il faut en même temps attirer l’attention des médias sans se mettre à dos l’opinion publique.

Si le but du mouvement c’est de balancer des porc ça risque de devenir banal au rythme où ça va.

Bref, beaucoup de revendications, mais peu de solutions.

Éduquer(prévention)  les gens me semble bien plus important que la répression (dénoncer) bien que ça soit cathartique et que ça fasse tomber quelques pommes pourrites.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De nombreuses sources racontent par exemple comment Julie Payette humilie publiquement ses employés en les interrogeant sur l'espace. L’ex-astronaute peut leur demander de nommer toutes les planètes du système solaire, d’indiquer quelle planète est bleue ou encore quelle est la distance entre le soleil et la lune. Lorsque les employés se trompent, elle leur fait comprendre qu’ils devraient connaître la réponse.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1721357/julie-payette-gouverneure-gerenale-ottawa


 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, MattIsGoD a dit :

Tu touches ici un point TRÈS important.

La perception de nos propres actions. Le problème, j'ai l'impression, c'est que, dans bien des cas, la personne ne réalise pas qu'elle a un comportement dérangeant. Je ne parle pas ici des Marcel Aubut de ce monde qui ont des comportements qui sont évidemment déviants. 

Ressentir le malaise de la personne qu'on essaie d'attirer dans son lit, ce n'est pas nécessairement évident. Et bon, on est conditionné à "poursuivre" parce qu'il est donc bien vu d'être un "closer". Cela peut donner lieu à des comportements socialement acceptés, mais qui entrent techniquement dans le harcèlement et dans l'abus. 

Bref, ça revient à la "déprogrammation" dont je parlais plus haut. Il faut se conditionner autrement et apprendre à reconnaître les comportements problématiques. Notre rapport à la séduction ET à la sexualité sont peut-être à ré-évaluer. Je pense que c'est une des prises de conscience les plus importantes à avoir. Si on agit différemment et n'accepte plus certains comportements, on règle une partie du problème. Je ne serais pas surpris que les personnes qui n'ont qu'une plainte "pas trop convaincante" entrent souvent dans cette catégorie. Ils ne méritent pas la prison, mais il y a du boulot d'éducation à faire. Il n'y a pas que l'agresseur en série qui cause problème. T'sais, intervenir après l'acte, c'est trop tard. Il faut prévenir.

Les chasses aux sorcières, ça ne règle pas les problèmes, mais ça force des discussions importantes. Mon père aime dire que ça prend les extrêmes pour être capables d'en arriver à des solutions viables. 

En fait je faisais surtout référence au fait que dans la lettre il est mentionné plusieurs cas où on sous-entend que "l'accusé" a contacté et tenté de laver son nom, avec des captures d'écran, ou des proches de la personne, etc. Donc on pourrait voir si ça correspond ou pas à la réalité. Du moins ça ajouterais de la force pas mal au témoignage.

Pour ce qui est de ton commentaire. Je suis partiellement d'accord. Mais là j'ai trop d'angles que je pourrais approcher. (fait genre 1h30 que j'écris et j'efface en disant à moi-même "je rentre pas là dedans ..."

Mais sur le point de "ressentir le malaise", en fait c'est une différence homme-femme assez marqué. En moyenne les femmes sont bien meilleures à lire le langage corporel que les hommes. (faut dire, dans les extrêmes, les femmes parfois peuvent aussi "lire" du langage corporel qui n'est pas nécessairement fondé dans la réalité, c'est pas un pouvoir magique non plus). Et c'est effectivement je crois une part du problème, du moins dans plusieurs situations. Mais j'ai un problème quand on dépose toujours systématiquement la responsabilité sur les hommes. Oui, je crois que c'est bon que les hommes soient conscient que les femmes vont envoyer des signaux qui ne sont pas nécessairement "verbaux". Mais ça serait aussi bon que les femmes aussi soient consciente que les hommes ne sont pas bons pour lire le langage corporel et qu'autant que possible verbaliser explicitement ça va aider les hommes.

---

Aussi, je ne crois pas que ces phénomènes soient liés à une "culture du viol" ou encore moins à un "patriarcat" (pas que toi tu défends ça, mais c'est la thèse importante dans les dernières années). Les hommes se retrouvent souvent dans le mauvais rôle de ces histoires là parce que les hommes sont naturellement ceux qui ont le plus de drive sexuelle et qui vont avoir à "convaincre" les femmes (qui sont moins souvent "in" et aussi sont pas mal plus sélectives) d'avoir des rapports sexuels. Mais quand les femmes se retrouvent dans cette situation, elles aussi elles vont employer des stratégies douteuses pour obtenir ce qu'elles veulent. 

Exemple https://www.ledevoir.com/societe/523736/coercition-sexuelle

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Vacpower™ a dit :

En fait je faisais surtout référence au fait que dans la lettre il est mentionné plusieurs cas où on sous-entend que "l'accusé" a contacté et tenté de laver son nom, avec des captures d'écran, ou des proches de la personne, etc. Donc on pourrait voir si ça correspond ou pas à la réalité. Du moins ça ajouterais de la force pas mal au témoignage.

Pour ce qui est de ton commentaire. Je suis partiellement d'accord. Mais là j'ai trop d'angles que je pourrais approcher. (fait genre 1h30 que j'écris et j'efface en disant à moi-même "je rentre pas là dedans ..."

Mais sur le point de "ressentir le malaise", en fait c'est une différence homme-femme assez marqué. En moyenne les femmes sont bien meilleures à lire le langage corporel que les hommes. (faut dire, dans les extrêmes, les femmes parfois peuvent aussi "lire" du langage corporel qui n'est pas nécessairement fondé dans la réalité, c'est pas un pouvoir magique non plus). Et c'est effectivement je crois une part du problème, du moins dans plusieurs situations. Mais j'ai un problème quand on dépose toujours systématiquement la responsabilité sur les hommes. Oui, je crois que c'est bon que les hommes soient conscient que les femmes vont envoyer des signaux qui ne sont pas nécessairement "verbaux". Mais ça serait aussi bon que les femmes aussi soient consciente que les hommes ne sont pas bons pour lire le langage corporel et qu'autant que possible verbaliser explicitement ça va aider les hommes.

---

Aussi, je ne crois pas que ces phénomènes soient liés à une "culture du viol" ou encore moins à un "patriarcat" (pas que toi tu défends ça, mais c'est la thèse importante dans les dernières années). Les hommes se retrouvent souvent dans le mauvais rôle de ces histoires là parce que les hommes sont naturellement ceux qui ont le plus de drive sexuelle et qui vont avoir à "convaincre" les femmes (qui sont moins souvent "in" et aussi sont pas mal plus sélectives) d'avoir des rapports sexuels. Mais quand les femmes se retrouvent dans cette situation, elles aussi elles vont employer des stratégies douteuses pour obtenir ce qu'elles veulent. 

Exemple https://www.ledevoir.com/societe/523736/coercition-sexuelle

 

Pour la partie en gras... non. En fait, oui et non. Oui, dans un monde idéal, il faudrait verbaliser le "non" plus explicitement. Sure, j'veux dire, duh! Cela pourrait sans doute aider à réduire le nombre d'abus dont le coupable ne réalise pas que c'en est un.

Je refuse cependant de mettre le blâme sur la victime du comportement déviant (homme ou femme). Le problème, ça reste ce comportement. Ceci dit, je ne sais pas si tu as lu beaucoup de témoignages ou discuté avec des filles là-dessus, mais, souvent, même quand le non est très explicite, l'abuseur insiste. Des fois, les victimes cèdent par peur. Peur d'une agression violente, peur de se faire ostracisée, peur de perte d'emploi, etc. Bref, il y a aussi de la manipulation psychologique là-dedans (ce que ton article dit, d'ailleurs). Ça, il ne faut pas le banaliser ni relativiser en disant "ouan, mais il y a des femmes qui ont des comportements néfastes". C'est de la responsabilité de tous et chacun d'avoir une bonne morale sexuelle. Comme je disais hier, il est important de changer une partie de notre rapport à la sexualité. Se cacher derrière "les hommes ont naturellement plus de pulsions que les femmes" pour expliquer ça, c'est juste jouer à l'autruche, à mon avis. La morale et les moeurs évoluent constamment, faut continuer, pas choisir la facilité. Éduquer les garçons et les filles sur ce qui constituent un comportement sexuel acceptable, sur les recours en cas d'abus, etc. Puis, oui, ça implique apprendre aux gens à se protéger d'une agression. Parce que bien qu'il soit plus important d'enrayer les mauvais comportements, il est aussi primordial pour les filles et les garçons de reconnaître lorsqu'ils sont dans une situation dangereuse et d'avoir quelques outils pour s'en sortir sans dommage.

Malheureusement, dans l'immense majorité des cas, ce sont les femmes qui sont victimes d'actes déplacés (87% des agressions rapportées entre 2004 et 2014 l'ont été par des femmes). Ceci dit, j'avoue d'amblée qu'une bonne partie des hommes n'oseront pas dénoncer un comportement déplacé, surtout si ça vient d'une femme. Encore une fois, cela témoigne de notre besoin de changer notre rapport à la sexualité. En quoi serait-il mal pour un homme de refuser une relation sexuelle? Pourquoi son "non" devrait-il être banalisé? T'sais, c'pas juste quand on est enfant qu'on pourrait subir de la violence sexuelle quand on est un homme. Mais bon, ça reste quand même les femmes qui sont majoritairement victimes et des hommes qui sont majoritairement agresseurs. Tu peux te cacher derrière la biologie, mais les faits sont les faits et il faut modifier les comportements. Encadrer les "instincts" comme on le fait pour un paquet de trucs.

En somme, c'est une problématique sociale complexe qui ne peut être réduite à "les hommes ci, les femmes cela". 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, MattIsGoD a dit :

Je refuse cependant de mettre le blâme sur la victime du comportement déviant (homme ou femme). Le problème, ça reste ce comportement. Ceci dit, je ne sais pas si tu as lu beaucoup de témoignages ou discuté avec des filles là-dessus, mais, souvent, même quand le non est très explicite, l'abuseur insiste. Des fois, les victimes cèdent par peur. Peur d'une agression violente, peur de se faire ostracisée, peur de perte d'emploi, etc. Bref, il y a aussi de la manipulation psychologique là-dedans (ce que ton article dit, d'ailleurs). Ça, il ne faut pas le banaliser ni relativiser en disant "ouan, mais il y a des femmes qui ont des comportements néfastes". C'est de la responsabilité de tous et chacun d'avoir une bonne morale sexuelle. Comme je disais hier, il est important de changer une partie de notre rapport à la sexualité. Se cacher derrière "les hommes ont naturellement plus de pulsions que les femmes" pour expliquer ça, c'est juste jouer à l'autruche, à mon avis. La morale et les moeurs évoluent constamment, faut continuer, pas choisir la facilité. Éduquer les garçons et les filles sur ce qui constituent un comportement sexuel acceptable, sur les recours en cas d'abus, etc. Puis, oui, ça implique apprendre aux gens à se protéger d'une agression. Parce que bien qu'il soit plus important d'enrayer les mauvais comportements, il est aussi primordial pour les filles et les garçons de reconnaître lorsqu'ils sont dans une situation dangereuse et d'avoir quelques outils pour s'en sortir sans dommage.

Tu touches un bon point. Et je dirais même plus, il faut opérer un changement de moeurs et éduquer sur les comportements, gestes ou paroles qui ne peuvent être considérées en vertu de la loi comme des agressions ou du harcèlement sexuel mais qui sont totalement malaisantes et déplacées. Exemple :

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, MattIsGoD a dit :

Pour la partie en gras... non. En fait, oui et non. Oui, dans un monde idéal, il faudrait verbaliser le "non" plus explicitement. Sure, j'veux dire, duh! Cela pourrait sans doute aider à réduire le nombre d'abus dont le coupable ne réalise pas que c'en est un.

Je refuse cependant de mettre le blâme sur la victime du comportement déviant (homme ou femme). Le problème, ça reste ce comportement. Ceci dit, je ne sais pas si tu as lu beaucoup de témoignages ou discuté avec des filles là-dessus, mais, souvent, même quand le non est très explicite, l'abuseur insiste. Des fois, les victimes cèdent par peur. Peur d'une agression violente, peur de se faire ostracisée, peur de perte d'emploi, etc. Bref, il y a aussi de la manipulation psychologique là-dedans (ce que ton article dit, d'ailleurs). Ça, il ne faut pas le banaliser ni relativiser en disant "ouan, mais il y a des femmes qui ont des comportements néfastes". C'est de la responsabilité de tous et chacun d'avoir une bonne morale sexuelle. Comme je disais hier, il est important de changer une partie de notre rapport à la sexualité. Se cacher derrière "les hommes ont naturellement plus de pulsions que les femmes" pour expliquer ça, c'est juste jouer à l'autruche, à mon avis. La morale et les moeurs évoluent constamment, faut continuer, pas choisir la facilité. Éduquer les garçons et les filles sur ce qui constituent un comportement sexuel acceptable, sur les recours en cas d'abus, etc. Puis, oui, ça implique apprendre aux gens à se protéger d'une agression. Parce que bien qu'il soit plus important d'enrayer les mauvais comportements, il est aussi primordial pour les filles et les garçons de reconnaître lorsqu'ils sont dans une situation dangereuse et d'avoir quelques outils pour s'en sortir sans dommage.

Malheureusement, dans l'immense majorité des cas, ce sont les femmes qui sont victimes d'actes déplacés (87% des agressions rapportées entre 2004 et 2014 l'ont été par des femmes). Ceci dit, j'avoue d'amblée qu'une bonne partie des hommes n'oseront pas dénoncer un comportement déplacé, surtout si ça vient d'une femme. Encore une fois, cela témoigne de notre besoin de changer notre rapport à la sexualité. En quoi serait-il mal pour un homme de refuser une relation sexuelle? Pourquoi son "non" devrait-il être banalisé? T'sais, c'pas juste quand on est enfant qu'on pourrait subir de la violence sexuelle quand on est un homme. Mais bon, ça reste quand même les femmes qui sont majoritairement victimes et des hommes qui sont majoritairement agresseurs. Tu peux te cacher derrière la biologie, mais les faits sont les faits et il faut modifier les comportements. Encadrer les "instincts" comme on le fait pour un paquet de trucs.

En somme, c'est une problématique sociale complexe qui ne peut être réduite à "les hommes ci, les femmes cela". 

Pour la partie en gras, c'est pas du "victim blaming" que de juste faire en sorte que les femmes comprennent mieux les hommes. 

Pour ce qui est des moeurs, le problème c'est que le discours militant actuel de la "culture du viol" sous entend que naturellement ni les hommes ni les femmes auraient ces envies là d'imposer leurs désirs sexuels sur un autre partenaire. Ou que naturellement ni les hommes ni les femmes aurait ces pulsions sexuelles où elles voient leur partenaire comme un objet de désir et non pas comme une personne à part entière. Et que dans le fond c'est l'effet de tous les petits détails, parfois visibles, parfois invisibles, de notre culture qui apprendrait aux hommes à voir les femmes comme des objets et à avoir beaucoup de pulsions, et aux femmes à se soumettre au désir des hommes. Donc là ils veulent "combattre" la culture du viol par la censure et le contrôle de ce qui est présenté dans les médias, dans les films, les séries, les jeux, etc. Et on place chaque geste moindrement lié à la sexualité ou au désir sur une échelle qui mène au viol. Il faudrait refaire la culture pour arriver à un monde sans violences sexuelles.

Mais justement c'est juste complètement faux comme prémisse. Et si tu ne comprends pas d'où vient le problème, tu vas toujours échouer à le régler.

La réalité c'est que tous les phénomènes qu'on pointe du doigt sont les conséquences directes de la nature humaine, bien ancrée dans notre biologie. Ce n'est pas la culture qui fait que certains hommes aiment la sexualité même avec des partenaires qui sont passives ou mêmes dominées et parfois même violentées. Ce n'est pas la culture qui fait que les hommes ont des pulsions sexuelles et qu'ils vont avoir envie de relations sexuelles et qui vont avoir l'envie d'insister pour obtenir ça. Ces choses là ont toujours arriver et vont continuer d'arriver.

Dans le concret ça veut dire qu'on pourra jamais empêcher que des hommes (et certaines femmes) aient le genre d'envies qui les pousse à ces comportement là. Mais ce qu'on peut faire c'est les sensibiliser pour qu'ils puissent reconnaître leurs envies, prendre du recul et appliquer des stratégies pour ne pas agir là dessus. Aussi ça veut dire que ces comportements là vont être commis par des hommes, mais pas par tous les hommes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 57 minutes, Vacpower™ a dit :

Dans le concret ça veut dire qu'on pourra jamais empêcher que des hommes (et certaines femmes) aient le genre d'envies qui les pousse à ces comportement là. Mais ce qu'on peut faire c'est les sensibiliser pour qu'ils puissent reconnaître leurs envies, prendre du recul et appliquer des stratégies pour ne pas agir là dessus. Aussi ça veut dire que ces comportements là vont être commis par des hommes, mais pas par tous les hommes.

ton raisonnement est étrange. d'un côté tu dis qu'il faut que la sociologie accorde une préséance sur les données de la science, et ces données nous disent que les hommes sont plus pulsionnels que les femmes (très discutable, m'enfin, on va présumer que c'est vrai pour les fins de la discussion). tout en admettant ces deux prémisses (préséance des faits naturels et hommes pulsionnels), tu es tout de même d'avis qu'il faut employer des moyens sociaux (sensibilisation, stratégies) pour contrer les effets de ces faits naturels.

pourquoi dans le contexte précis des agressions sexuelles, faut-il mettre en place des moyens sociaux pour les contrer, alors que dans d'autres contextes (égalité socioéconomique, en emploi, etc), c'est tout-à-coup non pertinent ? tu sembles commettre un impair logique, ou encore, pour une raison quelconque, ta règle n'a pas d'application universelle et tu es sélectif sur les "faits naturels"  pour lesquels il faut accorder une préséance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Vacpower™ a dit :

Pour la partie en gras, c'est pas du "victim blaming" que de juste faire en sorte que les femmes comprennent mieux les hommes. 

Pour ce qui est des moeurs, le problème c'est que le discours militant actuel de la "culture du viol" sous entend que naturellement ni les hommes ni les femmes auraient ces envies là d'imposer leurs désirs sexuels sur un autre partenaire. Ou que naturellement ni les hommes ni les femmes aurait ces pulsions sexuelles où elles voient leur partenaire comme un objet de désir et non pas comme une personne à part entière. Et que dans le fond c'est l'effet de tous les petits détails, parfois visibles, parfois invisibles, de notre culture qui apprendrait aux hommes à voir les femmes comme des objets et à avoir beaucoup de pulsions, et aux femmes à se soumettre au désir des hommes. Donc là ils veulent "combattre" la culture du viol par la censure et le contrôle de ce qui est présenté dans les médias, dans les films, les séries, les jeux, etc. Et on place chaque geste moindrement lié à la sexualité ou au désir sur une échelle qui mène au viol. Il faudrait refaire la culture pour arriver à un monde sans violences sexuelles.

Mais justement c'est juste complètement faux comme prémisse. Et si tu ne comprends pas d'où vient le problème, tu vas toujours échouer à le régler.

La réalité c'est que tous les phénomènes qu'on pointe du doigt sont les conséquences directes de la nature humaine, bien ancrée dans notre biologie. Ce n'est pas la culture qui fait que certains hommes aiment la sexualité même avec des partenaires qui sont passives ou mêmes dominées et parfois même violentées. Ce n'est pas la culture qui fait que les hommes ont des pulsions sexuelles et qu'ils vont avoir envie de relations sexuelles et qui vont avoir l'envie d'insister pour obtenir ça. Ces choses là ont toujours arriver et vont continuer d'arriver.

Dans le concret ça veut dire qu'on pourra jamais empêcher que des hommes (et certaines femmes) aient le genre d'envies qui les pousse à ces comportement là. Mais ce qu'on peut faire c'est les sensibiliser pour qu'ils puissent reconnaître leurs envies, prendre du recul et appliquer des stratégies pour ne pas agir là dessus. Aussi ça veut dire que ces comportements là vont être commis par des hommes, mais pas par tous les hommes.

T'sais, malgré tes faits biologiques indéniables, la sexualité s'articule différemment tout dépendant des époques, des régions, etc. Ce qui est acceptable ou non change. 

Un tueur en série à la pulsion de tuer, on le câlisse en prison pareil. Tu peux avoir des fantasmes bizarres, fair enough. Si t'as un/une partenaire consentent(e) avec qui les partager, go for it. Ceci dit, notre RAPPORT à la sexualité est hautement social.

Rendu là, je n'ai plus rien à dire parce qu'on va tourner en rond autour du concept de la nature humaine et du déterminisme biologique. Ça ne me tente juste pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu approches le problème en diagonal, Vac.

En quoi, si elle est vrai, la mince variation dû au biais biologique dans la communication non verbale homme/femme a rapport ici? On ne parle pas d'une relation sexuelle consentante et respectueuse où la fille n'aime pas certaines caresses du gars et qu'il ne s'en rend pas compte parce qu'elle ne lui dit pas.

On parle de témoignages sur des comportements aux conséquences graves, de traumatisme. C'est ça le "main focus".

Personnellement je crois qu'il sera éventuellement important de comprendre la source de ces déviances, de travailler à réhabiliter un climat sain, de changer le paradigme, d'inclure l'homme dans la solution. Que ça soit d'origine "biologique" ou acquis par le biais de mauvaises expériences ou d'abus de pouvoir. Il ne faut pas diaboliser ou créer des monstres irrécupérables, sinon aucune transformation profonde ne peut avoir lieu. Tout le monde le sait que ça va continuer d'arriver et qu'il est impossible d'enrayer le problème et il y a quelque chose de fataliste en rapport avec la "nature humaine" dans cette perspective là peut-être.

Mais le but c'est d'avoir plus de levier, de recours, d'opérer un changement dans l'éducation et la loi du silence pour éviter qu'à chaque nouvelle journée une femme, ou autre, doive vivre dans le silence avec son traumatisme, sans recours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...