Aller au contenu

Postez vos poèmes, récits, nouvelles


Déchet(s) recommandé(s)

1

Mon cœur y' bout, mais il n'est qu'ill
J'ai un qu'aille où sanguin, un vil
Mon pouls ne bat, mais où va-t-il
Bijoux il dérobe, y' s'défile !

Je nous meurt.
Je.
Nous.
Meurt pas chou.

Mes derniers mots.
Devoir faire un X.
Mes derniers maux.

 

2

Les prédicateurs assoiffés de sang nous enseignent
Les langues fourchues qui oralement se baignent
L'anglais et le french viscéralement dans la flesh
Un goût d'encre fait saigner nos langues sèches

Les impérateurs aiment nous gicler de leur bon sens
Les fluides épais royalement s'entremêlent
L'impureté et le bleu, ancêtres d'un nouveau sang
Une trace de bitume, sur le parchemin révèle

Un ordre qui va foutre le bordel. Un hoarder du Prime Minister

Les meurtriers égorgeurs nous ont envoyé l'ordre
Qui oblige que je, que tu, que nous, qu'il/elle - Oui !
Quelles que soient les conséquences quelconques
Ils obligent que je, que tu, que nous, kill elle !

Ils dictent, virgule, de jouer aux bonhommes pendus
Ils répètent, accent circonflexe, de faire les vendus - Attention!
Quelques insouciances nous auront de sitôt surprises
Quelques ventes, quelques battements, et nous serons soumis

Vendre vendus, battre battus, les cadavres exquis.

Les sombres usurpateurs nous ont envoyé l'ordre
We have to kill her - Nous devons la tuer, c'est elle !
Résignés, soumis, subordonnés, nous l'exécutons
Grandes ouvertes, les bouches laissent couler la langue.
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

J'ai écrit ça hier en fumotant une cigarette et en regardant les étoiles. Le formatage m'est venu ce matin en essayant une couple d'affaire. J'aime beaucoup l'idée (le résultat est très Paint minimaliste mais whatever)

Stars.png

 

Citation

And the stars in the sky like shivers down a spine,
Frissons on the skin of a universe to delight,
A forge for its mind of hammering strings threading time;
Their golden silk vibrating, binding life intertwined.
And the stars on it skin just as shivers in the sky. 

 

Ah pis tient tant qu'à être là j'ai donné celui là a mon coloc hier pour son backcover d'un comicbook qu'il est en train d'écrire:

Citation

They say dreams
Are made of steam
And all you need for its machine
To bubble its water stream...

...Is but a match
And some gazoline. 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 10 mois plus tard...

Sur un bateau vapeur, perdu dans la brume, déboussolé par la peur,
au loin une lueur magnétique, est-ce un phare, l'étoile polaire?
Un gouvernail trompeur, une illusion éphémère?
Le mystère est entier et flotte dans l'air
dans mon corps cet épais voile pénètre
Dans mes alvéoles tuméfiées, le brouillard s'enchevêtre
Mon corps est un brouillon mal dessiné
je dépasse de ses lignes, je rejoint le nuage
Nous ne voyons plus le phare, il ne faut point s'en faire
Les lignes se fondent a la masse , rien n'est plus frontière
Les images nettes sont les plus fausses
En voulant les définir, nous les faisons s'effacer
Comme les rêves de nos nuits passées
Rien n'est plus vrai que le désordre de l'univers
Sur un bateur vapeur, perdus dans la brume, nous vaincrons la peur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • xdrox a libéré ce sujet
  • xdrox a mis en évidence ce sujet
  • 1 mois plus tard...

2 traductions :

Ces larmes…
De quelle beauté se réclament-elles ?
Ces larmes de douleur…
Assurément elles sont la plus précieuse substance au monde.
Mais… Es-tu digne de les répandre ?
Porter le deuil appartient au royaume des Hommes.

- Tu l’as fait… n’est-ce pas ?

Ahh mon beau petit kirshwascher...
Mais encore… Peut-on véritablement appeler cela un cadavre ?

FRAGILITÉ CE NOM EST FEMME !
Non, c’est faux.
Vous les Realians n’êtes même pas nées de l’utérus d’une femme…

La race humaine, apeurée par sa faiblesse inhérente, a construit ce monde dans la tentative futile d’élucider cet abysse qu’elle appelle la mortalité.
Culture, civilisation, toutes ces désillusions crée par une race sans pouvoir et sans utilité, telle une femme infertile.
Mais malgré tout cela, tu continues à exister comme un esprit libre, libre des chaînes de la chaire et du sang.
Une conscience complètement pure, une spirale éternelle immunisée contre les impuretés.
La fusion du feu, du souffle et de l’esprit.
Comment vous considérez sinon comme des anges ?!

Nouvelle psyché vierge de péchés.
Mais ce qu’il vous fait défaut c’est la RÉALITÉ !
Et c’est à moi de vous en faire la démonstration !

Ahhh ma belle pêche, nul besoin de trembler comme ça…
De plus, tu me fais sentir comme un « péché » moi-même.
Était-ce l’éclat fugitif d'un homme que j'attrape de ton cœur ?
Qui est-ce… un rouquin ?
Rouquin… Rubedo !
C’est Rubedo, c’est juste parfait !

Sais-tu ce qu’il dit une fois lorsqu’il cracha du sang ?
Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. (Jean 12 : 24)
Du blé hein ?
Il y a en assez on peut se permettre d’en gaspiller si ça nous chante.
COMME MA TÊTE TU VOIS ?
Qu’est-ce que tu en penses mon adorable pêche ?

- Hey ti-gars, qu'est-ce que t'es entrain de faire ?
- T'as une grosse tête et porte un costume foncé !
- Va jouer ailleurs. Je suis pressé.
- Uhah ! T'as des grosses mains aussi !
- Tu as besoin d'apprendre les bonnes manières.
Tu peux pas arriver et dire des choses comme ça.
- Ces choses sont juste...Bien, une manière unique et stylisée de représenter le genre humain. Tu as une grosse tête aussi, ti-gars.
- J'me fous de ce que les adultes pensent.
Tu peux pas m'arrêter avec une logique semblable !
- Regarde, fais juste la fermer !
- Je fermerai rien du tout !
Pourquoi tu viens en aide spontanément à tous ces gens ?
- Il y une raison pour ça...
- Comment cette machine bizarre résout tous ces mystères ?
- Regarde...
-Nos visages en polygones apparaissent totalement différents de ceux en 2D
- Tu peux pas dire ça !
- J'En ai plus ! Un terroriste, sur cette île ?! Personne va croire ça !
- Arrête ça !
- La musique est entièrement pompée à partir d'oeuvres célèbres !
- C'est assez, dis rien de plus !
Il y a des choses qui ne se disent pas !
- Ça veut rien dire pour une enfant.
Je vois à travers de tout !
- Il essaie de détuire ce jeu ! Prenez-le à part !
Je peux pas tolérer ça !
- Hah ! Essaie juste de m'arrêter !
Tu portes un costume dans une station balnéaire ?!
C'est pourquoi alors ? Un mariage ou des funérailles ?
- Okay tu as totalement franchi la ligne !
Inacceptable ! C'Est inacceptable !
- Moron !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Convocation

Monsieur Face de Yaourt, ce vendresam le 72 archiduchesse de l’an 0.11235813.

Par la juridiction du Bol magique et de l’association des doublures de Kevin Bacon.

Nous, vous, ils ! #decidentpourtoibitch
ont convenus de vous tenir rigueur de vos excroctordilations magistrales.
K.

Vous êtes donc accusé d’avoir frotté un robot-t-rex un peu transgenre sur l’épée de Cossette dans un centre pour personnes indestructibles et avoir giflé un sans-abris pour lui faire comprendre que les moules, c’est l’idéal quand ça calissacriss bien, bien hiérarchiquement dans le bayou d’un multimilliardaire des quatre jeudi.

Suite à la lecture de votre dossier...
Nous, bref, car le délit est escarmouchant dans la vision d’une mouche des champs qui champignoneraient dans ces circonstances un retour de Viktor Frankl au cinéma, matrice dans un remake de Grease.

Votre sentence est donc ici présentée à votre clitoris-radar pour une durée illégitime délimitée par la teneur de Votre.

Vous devrez lècher les orteilles de Nicolas Cage, et ce jusqu’à ce que mort s’en suive ou la fin des temps, ça fait beaucoup d’émission d’Occupation Double et ça rabotte la conscience de son visage marquant les anales des archives placentatiques du meme et des réserves de crotte en pot d’un artiste méconnu par le goût de ses hurlements de filette qui traumatise au minimum:
- Le public cible de Watatatow
- Les sangsues
- Les psychiatres zoophiles
Ainsi que tout ceux qui regardent encore Nicolas Cage en jarretelles avec le chandelier dans le grand salon, moutarde et olive dans une belle confiture.

Nous vous envoyons des regards disjonctés d’un profil louche de MIRC qui Dieu merci se sont faits attrapés, les machiavéliques pédo-satanistes, ISIS contre le choc et la théorie de l’ordinateur qui lis ton âme.
Lobotomie Sacrée.

L’assemblée aurait pu contenir des traces de noisettes, dont: Suzanne Méthé en colère, un barman plutôt agoraphobe, Jean Temps, la pisseuse de 29 ans, la Tour Foudroyée, un trio de flutistes albinos, le schtroumpf bricoleur et Gandhi aux côtés du Bouddha originel mais habillé en clown fumeur pour une raison de vie ou de mort comme dans un space opera à la fin du film.

Prière de ne pas retourner vos chemises à l’envers, à part pour une rencontre directe avec Lalumière.

C’est signé:

Dissolvant à vertue ultra-puissant 
Enrichis en mathématique
Pour tout type de cerveau-cucurbitacée
21 ml

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 mois plus tard...
  • 3 semaines plus tard...

Colours and noises

Colours and noises into the air;
they feel like sharp shapes -
smoke and mirrors -
with each breath.

With incandescence
always on around us,
the spotlights for our scenes
coming right from our screens,
we can't see clean through this dust,
a veil of light blinding bright for our trust,
we can't see clean through this fog
of war against boredom.

Colours and noises into the air;
like sharp shapes with each breath.
Little razors cutting snow from a cloud
as straws of glass snort dreams from a crowd.
And the crowd might never know
that their dreams have been blown...
...Away.

We're shooting ourselves in the arm
with lies of white powdered round.
There's so much blood in the ground
that guns are being grown from the wounds. 
"Look mommy what I found!"
The sun's peel is falling down;
as some of it skin is still floating around
a bit of it sit at the tip of my tongue.

"Look, son :
the horizon,
full of data-stripped clouds,
dishevelled stars lost in quantization:
compression artifacts of a string partition,
a corruption of arguments
from circuit bending celestial neurons
of a fragment of the firmament :

The sky,
grinding on itself,
like the gears inside our heads."

Colours and noises,
as dust in the air
like sharp shapes,
smoke and mirrors,
with each breath.

 

Glitches

image.thumb.png.55667a7e06f84cf6a234a72591456a61.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 mois plus tard...

Le sens-tu s’éprendre de ton ventre, ce sentiment de honte?
Le sens-tu s’abriter au fond de ton coffre-fort, faible et replié comme tes remords qui se rongent les doigts ?

Qu’est-ce que la honte d’exister? Qu’est-ce qui t’emprisonne en toi-même? Ton âme n’est-elle pas supposer être libre, n’est-elle pas supposée voguer sur les flots de ta conscience tranquille?  

Le sens-tu, ce vase trop plein se vider en épanchements exaltés, noyer les autres d’intimité excessive? Si la joie de vivre brûle le Soleil, si la mélancolie glace les nuages,  ces «autres»  te remballent-ils en toi? Qui a donc dessiné ces frontières? La faute aux gens statués dans le quotidien? La faute à toi, amas de trippes odorantes au goût de fleurs? N’est-ce pas la peur qui te crée ces barrières? N’est-ce pas la honte t’habitant qui t’empêche de danser nu, insouciant, dans ta propre maison?

Cette honte, c’est un ego en habit funéraire qui te suit dans tout tes mouvements, c’est un lentille qui capte l’entièreté de ton existence sous tous ses angles et qui la projette dans tous l’univers, comme si l’univers n’avait que ça à faire, juger la valeur de ton existence à chaque geste, à chaque souffle, à chaque pas, chaque clignement, chaque excrétion que tu fais. Tu n’as aucune importance aux yeux des gens. Excrète aussi fort que tu le souhaite.

Et maintenant, as-tu honte d’avoir honte? Oui? Deux négatifs s’annulent, mon cher. La vie est belle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 5 mois plus tard...

ARCS-EN-CIELS

Y'a de la couleur qui nous coule des yeux,
ça en profite le gris dehors se glisse en d'dans
et la douleur nous coule des doigts 
comme des cries qu'on écrasent en cigarettes 
dans le cendrier de nos communications

Quand on étais p'tits, 
les nuages étaient comme des dents dans un sourire de ciel, le cœur en fleurs,
à c't'heure sont rien d'autre qu'une paire de yeux sur un visage qui pleure 

On tape nos opinions en marteaux
comme des menuisiers en chantiers, 
c'est à coup de clous qu'on bâtit nos hivers 
pour se cacher loin de nos intérieurs 

Quand on étais p'tits, 
on riaient parce que ça chatouille là où c'est doux
là ça rie parce que sinon ça s'écroule si ça s'écoute

On tape nos faces en marteaux
comme des juges cognent coupable
sur le bois de nos tête qui résonnent
les cloches de nos boussoles astrales 
 
Maintenant qu'on est pu p'tit,
le ciel souris pu, le ciel est gris pis se glisse en d'dans, il se fait pesant
sur nos doigts qui tombent en guillotine sur le cou des gens

La couleur nous a peut être juste glissé des yeux
pour mieux tomber dans le cœur du monde
pour faire pousser des arcs-en-ciels
avec nos pluies émotionnels 

Manque plus qu'à refaire sourires de nos nuages

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 5 mois plus tard...

Un de mes meilleurs poèmes :

La Cité Énuitée

J'Entends tes cris, tes hululements
Tu crèves dans la nuit, tout ton ressentiment
Je vois ton glaive, de ton firmament
Faisant couler la sève, de tes atermoiements
Il n'y pas d'espoir qui naisse
D'Espoir qui vit
Que le mûrissement d'une tragédie
Ta carcasse qui faiblit
Et tout ton être de plus en plus honni.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 7 mois plus tard...
(modifié)

 

Les vertus secrètes du front huileux chez la femme blanche et le guide complet pour débutant.


 

Chapitre 1: Exemples

 

4A728NeWO6vIQ5Jx-UlNMqqvJ5InlRAyfgYAN9Cksardu3XhsndQQZbt8W1vU2urCFEitCPB5dP2jueOSLQDPVsZsRDBgqnUffAFJCEYhe9SSh6tdV8qWmI2p2oKxPCS78j8Q5k5

NpvzQVildlAbdS6NX3VOONpcnluDUBce4elFE-NM34ZxakGkhVqnC2CwtiQH0YPbB_rSXrlijPbnYOlA6msdynqWr9uChp_p-Nxg63n32gjS9c8v3NQgIYdPVdLPAUBods4CdLS6

hQ59DUbJgLbcVYwTG5UuzdOwuDDMDmTd0hAT5Xj5G1d15K0U_benNoLdOMn-fX5AFMPyNH1f9f6XGKlEiQI5d4zM5bngYl6MR8TPFy1MwVU6SHj_2lyKM8MxaNd3Khzhon-6nLK5



 

Chapitre 2: Contexte

Vous est-il déjà arrivé de trouver quelque chose dégoûtant et en même temps étrangement excitant. Voilà l’essence de l’effet du front huileux sur l’homme hétérosexuel décomplexé et libre des dicta sociales.

 

Est-ce que je projette mes propres désirs sur les autres? Peut-être mes ça me convient.

 

Quand j’ai découvert cette étrange attirance que j’avais, ce fut un choc. Personne ne m’a parlé de ce phénomène, de cette possibilité, c’est comme si ça n’existait pas pourtant je le ressent. Dans un moment d'introspection extraordinairement profond, j’ai réussi à faire sortir ce désir de mon inconscient.

 

Je n’ai jamais eu de relation avec une fille au front huileux. Ça reste une source de passion et de curiosité pour moi. C’est pour cela que je veux me pencher sur la question et en gardant une approche le plus scientifique possible essaie d'éluder ce qui me semble encore un mystère alors qu’il ne devrait pas l’être. J’espère que mon travail va aider d’autre hommes et la société en général à ouvrir leur esprit ce conscientisé à cette réalité. Mais avant tout, je crois qu’il faut que je vous fasse ressentir cette passion juste au fond de votre être, que vous la figure pour que vous la vivez intensément. C’est seulement à partir de ce moment, un fois que vous serez hanté par les fronts huileux, que vous allez vous sentir personnellement interpelé, c’est à partir de ce moment que vous comprendrez l’importance de lire mon travail scientifique.

 

Chapitre 3: Un désir obsessionnel

 

Vous croisez des centaines de fille par semaine dans la rue, à l’épicerie. Si vous êtes un homme hétérosexuelle, il vous arrive souvent qu’une fille vous fasse un certain effet. Vous imaginer son corp, ça vous excite. En votre fort intérieur, vous cherchez toujours un peu la fille parfaite, pas juste belle, mais d’une beauté qui vous renverse, un peu énigmatique, qui fait arrêter le monde. Cette fille reste dans le cadre des standard de beauté traditionnelle, mais elle à quelque chose de singulier, qui fait qu’elle n’est comme aucune femme que vous avez déjà vue et que vous allez voir pour le reste de votre vie. C’est presque comme si elle n’est pas de ce monde. Vous l’avez vue dans le métro une fois, c’était bref lors d’un moment de vie complètement ordinaire et c’est tout. Elle est disparu et maintenant ce n’est que mémoire. Cette fille à un front huileux, c’est pour cela que vous l’avez remarqué, par l’éclat de son front et c’est pour cela qu’elle est singulière. Toutes vrai attractions commence avec un mal de ventre de dégoût, quelque chose qui vous perturbe de façon obsessionnelle et en même temps ce mal de ventre se transforme aussi en désir. Cette fille a le teint clair, des yeux bleus, des cheveux blond ou noir idéalement. Si vous l’amener chez vous, vous allez faire l’amour sans arrêt pendant des heures et des heures. Son front va être un source inépuisable d’envie sexuelle.

 

J’aime regarder le visage d’une femme et voir des murs d'hôpitaux genre.

 

Chapitre 4: Après le désir, la science

C'est pas achevé.

Modifié par e028182
Il y a sûrement beaucoup de fautes d’orthographes, désolé
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 6 mois plus tard...

On m'a coupé les ailes avant que je ne puisse voler

Je marche sur les nuages sans pouvoir me diriger 

La cybernétique semble la seule solution

Mon café est froid, les rayons du soleil sont glacials, la climatisation est brisée

J'ignore si c'est un rhume ou si je suis entrain de mourir

Je ferme les paupières, et quitte les pieds devant entre quatre planches.

Après un long voyage sur la rivière de lumière, me voila devant Dieu.

Il me regarde droit dans les yeux, me dit que tout va aller mieux.

Il me dit ; tu vas éclore a nouveau, renaître de tes cendres tel le Phénix.

Du sucre, des épices, et des tas de bonnes choses.Tel étaient des les ingrédients  choisis pour créer un humain parfait, mais accidentellement Dieu ajouta un autre ingrédient a cette mixture, l'agent chimique X. C'est ainsi que Naquit Bubble Owl

 

 

 

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...

Neptune rétrograde, phosphorescente
Elle fend les brouillards de sulfure
d'un halo de misère
se jette en secret sur les falaises crayeuses
de nos ossements pulvérisés
réduits à néant
égruger par les marées
où luisent les fragments
des tempêtes de fibres
qui tressaient nos corps
_____________________________________

Cinabre Interne

Il pleut des cataractes
dans nos orbites creusent
Le ciel s'est refermé sur des tempêtes hurlantes
des rivages affûtés dont l'orle
dévoile d'erratiques blocs
Monolithes marmoréens
Clivages glacials
On tente de les faire fondre
Sans pouvoir
Se noyer dans les crachins
Des éclats d'osbsidiennes qui pulvérisent nos écailles
Offrandes aux fissures qui font la sourde-oreille
de filets écaillés sur nos paumes
Veinules de têtes fracassées
Aigres de l'aube
Cimentés
séquestrés dans la litosphère
Incapables
cernes après cernes
de cerner les épaves de nos âmes

Nous avons vu se fendre les berges
_____________________________________
 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, finalchapter a dit :

des rivages affûtés dont l'orle
dévoile d'erratiques blocs
Monolithes marmoréens

Ça m'a donné des frissons.

On a un style vraiment similaire, ça m'a fait pensé à ce vieux truc que j'ai jamais terminé.

Le 2011-10-09 à 02:12, Gamin a dit :

J'avais commencé ça mais j'ai pas envie de le finir et/ou de le retravailler, j'en ferai donc surement rien alors je vous le donne.

On a saigné la lune.

Elle s'écoule sur nous en un flot de molles notes barytonnes,
longues notes à la masse morne,
basses notes à l'harmonie borgne,
elle s'égoutte sur nous en couleurs de grosses notes rondes.
De sa robe déchirée déborde une poitrine grasse et rugueuse...
Amas mammaire interstellaire.

La mer qui lui vague ses bleu blanc reflets d'argent se berce à ces sons,
se réverbère de ces bleu blanc tons aux couleurs des lentes notes lourdes,
denses notes douces.

La mer s'ivre, respire de cet air, et de ces vents son ventre gonfle
blah blah blah

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Gamin a dit :

Ça m'a donné des frissons.

On a un style vraiment similaire, ça m'a fait pensé à ce vieux truc que j'ai jamais terminé.

 

J'aime beaucoup ce poème fini - pas fini. En effet, je me reconnais dans tes figures de style. Je suis très attachée à la nature comme paysage poétique. J'en vomirai d'autres sous peu.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'expérimentais les voix artificielles avec un texte que j'avais écrit. À la base, c'était parce que je cherchais une solution à réciter quelques trucs dans les soirées micro-ouverts, sans avoir à parler. Je voulais voir s'il était possible de leur donner une personnalité, ou de les rendre sympathiques avec la ponctuation ou leur interprétation des liaisons et autres modes du langage.

epoquefollefinale2.mp3

Ensuite m'est venu l'idée de faire un projet de poème dans une sytlistique "8bit" en faisant une série sous le nom de Poète à 5 bits.

Je suis ensuite tombé sur le Baudot/Murray code, le successeur du code Morse, qui était un moyen de communication à base binaire à 5 bits. Je trouvais l'esthétique et les possibilités particulièrement intéressante à joindre avec l'exploration des voix virtuelles.

Un autre beau projet avorté avec mon Tumblr : Tes yeux sont un filtre #nofiltermoélcul et mon projet de selfie + réhabilitation social du corps policier "Selflic".

 

P.S. Y a-t-il une balise que je peux utiliser pour permettre la lecture d'un fichier audio direct dans le message?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Jpeg a épinglé ce sujet
  • Jpeg a libéré ce sujet

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par ShameOnYou
      Je ne sais pas trop si vous aimez jouer avec les mots mais comme c'est apparemment le mois de la poésie et qu'il existe un petit jeu poétique que j'apprécie, je vous le propose, les règles sont simples :
      Vous prenez les 4 mots proposés dans le post précédent le vôtre et vous en faîtes les rimes de 4 vers, puis vous proposez 4 mots qui riment par paire pour le joueur suivant. Qu'importe que vos vers soient en alexandrin ou sans plus de structure que le respect des rimes, qu'importe qu'ils soient classiques ou érotiques (mais tant qu'à faire, faîtes du beau pas trop dégueu histoire de m'exciter), le but est de s'amuser en rimes en laissant libre-cours à votre créativité. Je vous demande juste de proposer des mots français pour les rimes svp, si vous voulez mettre des mots québécois dans les vers, si vous voulez, mais les rimes en français, que je puisse comprendre ! ^^
      Par exemple, imaginons que @Retromantique(au hasard, mais ça pourrait être @Retro Freak) propose dans un post précédent les mots :
      Mot
      Manque
      Eau
      Saltimbanque
      Je réponds :
      "Quand des frissons me parcourent à la lecture de tes mots,
      Quand fermer mes yeux suffit à ne plus être en manque
      Grâce aux souvenirs de nos ébats éclaboussés d'une eau
      Si pure que mon âme en devient délicieusement saltimbanque...

      Pluie
      Houle
      Luit
      Enroule"
      Et le suivant enchaîne en faisant 4 vers avec les rimes que je propose en dernier.
      Tout le monde a compris, c'est bon ? Si jamais il y a des questions ou des remarques, je vous demande de les mettre sous spoiler afin de ne garder visibles que les petits poèmes et les rimes proposées svp.
      Enjoy !
    • par Retromantique
      En l'honneur du mois de la poésie, j'aimerais que vous postiez un de vos poèmes favoris. Vous pouvez en partager plusieurs, mais un seul par déchet, pour la dynamique souhaitée. Ça peut aussi être des découvertes récentes ou des événements en lien avec le thème.
      Je commence avec un de mes poèmes favoris de tous les temps, Wild Geese, lu par son auteure et ma poétesse préférée de tous les temps, Mary Oliver.
      Pour ceux qui préfèrent la lecture:
      Je l'aime pour la façon qu'elle puisait dans la nature pour son symbolisme, tout en faisant preuve de simplicité. Ça vient me chercher très loin à l'intérieur. Elle est morte il y a un an ou deux, à 80 ans. C'était une ermite qui n'avait que très peu de désir d'être dans la mire du public. Qu'elle repose en paix <3
      Votre tour maintenant. 
       
    • par Gamin
      Cet article là publié aujourd'hui est ?
      https://www.nytimes.com/2020/08/14/books/indigenous-native-american-sci-fi-horror.html
       
       
    • par Shell VVV-Power
      Perversion
      Tu devrais te farcire ton chou de ma chair.
       
      Colère
      Mon cancer me ronge sacrament, qu'y se ramène pour que j'lui décalisse les molaires.
       
      Drame
      Je suis le dernier homme sur terre. Que faire? Savourer le reste de la vie à la santé de mes frères et soeurs?
       
      Euphorie
      Un monde se déploie en moi, une explosion infini, un gouffre sans fond, la dernière vie la première mort.
       
       
    • par ...
      Je sais qu’on a plusieurs membres qui aiment écrire – et qui le font très bien d’ailleurs.
      J’ai retrouvé un vieux manuscrit. Il a bien vieilli quand même. Un truc écrit quand j’devais avoir 19-20 ans…
      Je vais relire le manuscrit, le fignoler et le finir! Et sérieusement, je vais essayer de le faire publier.
      Y en a-t-il parmi vous qui ont déjà tenté d’écrire un livre (roman, recueil de poésie, etc.)?
      Est-ce que certains ont déjà fait publier leurs écrits?
×
×
  • Créer...