Aller au contenu
Eve_*

Féminisme: et si on était en train de prendre le problème à l'envers?

Déchet(s) recommandé(s)

Le 01/03/2018 à 14:19, Medicated a dit :

Les femmes ont beaucoup souffert, et ce principalement dû aux différentes religions. En ce qui nous concerne nous en Occident, c'est le Christianisme qui a réduit le rôle de femme à un état de servitude. Maintenant, les choses changent peu à peu depuis les soixante dernières années. J'attribue ce changement à la venue de la sociale-démocratie. D'autres parlent de "karma collectif". Que la souffrance des femmes ressort maintenant, et de façon assez virulente parfois, après plusieurs siècles de domination masculine, ce qui peut déranger certains hommes par moment.

Je suis d'accord aussi que l'homme ne doit pas toujours se comporter en guerrier, mais ce dernier ne doit pas tomber dans la faiblesse et la complaisance. J'en ai vu moi des hommes d'une mollesse et c'était à en pleureur.

Je crois donc qu'un juste équilibre est l'idéal.

Tout les humains ont souffert dans l'histoire sans distinction de race , de genre ou de sexe. L'histoire humaine est remplie de souffrance et de martyre, autant homme que femmes.

 

Le 01/03/2018 à 14:22, el_picador a dit :

L'égalité est le contraire de la différence et donc l'impossibilité de la complémentarité, de la dualité ou même de la trinité, etc.... C'est de l'intolérance en somme. C'EST DU NAZISME !

Je comprend bien que vous réclamez une égalité dans le traitement entre les hommes et les femmes mais c'est pas du tout le bon terme du coup. Il y a un problème de sémantique.

Le mot égalité est très lourd de sens et peut mener à des dérives très graves.

Le bon terme est équité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Nostradaw00t a dit :

Tout les humains ont souffert dans l'histoire sans distinction de race , de genre ou de sexe. L'histoire humaine est remplie de souffrance et de martyre, autant homme que femmes.

Ce n’est pas faux, mais durant plusieurs siècles les systèmes en place ont fait en sorte que les hommes ont eu les postes de pouvoirs importants. Cette situation a donné un avantage considérable à ces derniers. De ce fait, les femmes étaient considérées comme moins bonnes, pas à la hauteur, etc. Plusieurs ont été battues, d'autres brûlées et/ou contraintes d'accepter un époux qu'elles ne voulaient pas.

 C'est sûr que les hommes ont souffert aussi, mais je crois que proportionnellement parlant, les femmes ont plus souffert.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Féminisme  2018 c'est des connards et des connasses de théoriciens de fac qui passent trop de temps sur internet et qui sont complètement à la masse. Ceux et celles qui suivent le mouvement le sont tout autant.

Ça ne mérite même pas débat. J'ai chopé deux numéros l'autre jour en faisant de la drague de rue en plein Montpellier à l'ère de #BalanceTonPorc, comme quoi la plupart des gens ont autre chose à foutre que de traîner sur Twitter comme des névrosés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, Medicated a dit :

Ce n’est pas faux, mais durant plusieurs siècles les systèmes en place ont fait en sorte que les hommes ont eu les postes de pouvoirs importants. Cette situation a donné un avantage considérable à ces derniers. De ce fait, les femmes étaient considérées comme moins bonnes, pas à la hauteur, etc. Plusieurs ont été battues, d'autres brûlées et/ou contraintes d'accepter un époux qu'elles ne voulaient pas.

 C'est sûr que les hommes ont souffert aussi, mais je crois que proportionnellement parlant, les femmes ont plus souffert.

En fait non,  c'était plus lié à la classe. Par exemple, les femmes notables vivaient mieux que les hommes paysans. Les hommes on autant souffert que les femmes dans l'histoire humaine. Les hommes était utilisé comme chair à canon et bouclier humain pendant tout l'antiquité et le moyen age et comme bras et force de travail par après. La vie n'était pas facile pour personne dans l'histoire.. même les roi et les empereurs pouvaient crever du jours au lendemain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎2018‎-‎03‎-‎01 à 19:16, Nostradaw00t a dit :

En fait non,  c'était plus lié à la classe. Par exemple, les femmes notables vivaient mieux que les hommes paysans. Les hommes on autant souffert que les femmes dans l'histoire humaine. Les hommes était utilisé comme chair à canon et bouclier humain pendant tout l'antiquité et le moyen age et comme bras et force de travail par après. La vie n'était pas facile pour personne dans l'histoire.. même les roi et les empereurs pouvaient crever du jours au lendemain.

Ah w00t pis ses lunettes binaires, "si c'est noir, c'est que c'est pas blanc!"

Ça existe, des univers dans lequel y'a à la fois une guerre des classes ET une patriarchie systémique. 

By the way, ça serait cool que vous définissiez de quel "Féminisme" vous parlez, le féminisme de Tumblr, celui des gens de votre Facebook, vos ami(e)s proche, votre famille, l'IREF, votre vision abstraite et subjective de tout ces éléments là? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 02/03/2018 à 00:33, Medicated a dit :

Ce n’est pas faux, mais durant plusieurs siècles les systèmes en place ont fait en sorte que les hommes ont eu les postes de pouvoirs importants. Cette situation a donné un avantage considérable à ces derniers. De ce fait, les femmes étaient considérées comme moins bonnes, pas à la hauteur, etc. Plusieurs ont été battues, d'autres brûlées et/ou contraintes d'accepter un époux qu'elles ne voulaient pas.

 C'est sûr que les hommes ont souffert aussi, mais je crois que proportionnellement parlant, les femmes ont plus souffert.

Et les enfants ? J'aime pas les concours victimaires, c'est complètement con. D'ailleurs, il ne faut pas oublier que dans les société archaïques, plus proches de la nature, les femmes étaient ramenées a leur rôle de mère, rôle sacré qui leur valait la place la plus importante. D'où le système matriarcal de ces communautés dites primitives. La Nature = la femme. La nature donne la vie, la femme aussi. Pour moi, c'est l'industrialisation, le progrès civilisationnel constants et les exigeances économiques qui ont mis l'homme au sommet de la pyramide. Car les politiques de domination basées sur la loi du plus fort continuent à exister sous des aspects plus modernes : discrimination de classe, de couleur de peau, de pouvoir d'achat, de sexisme, ect. Donc on peut pas dire que c'est juste parce que les femmes n'ont pas été considérées à la hauteur, c'est seulement que l'indépendance financière doit revenir aux hommes pour leur assurer un avenir familial et générer de la consommation diverse ( electromenager pour madame, les jouets pour les enfants, la bagnole pour popa). Si Brigitte reste a la maison, c'est surtout pour honorer sa fonction de mère pondeuse et de femme de ménage ( vision tayloriste de la chose, ça fait moins de travail à chacun de se partager la vie professionnelle et la vie familiale) et non parce qu'on suppose qu'elle est nulle ! C'est seulement que depuis toujours, la femme = les enfants. Et quand on y reflechit, ce rôle n'est pas si "horrible" que cela.

Et effectivement il y a des questions de classe par la suite, donc d'argent et de niveau social.

 

GAMIN - On parle de Néo-féminisme, ie des social Justice Warrior des réseaux sociaux et des Femen, ces mongoles qui se mettent à poil pour contester tout et n'imp.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/03/2018 à 23:16, Nostradaw00t a dit :

Le patriarcat n'existe pas sauf dans l'imagination féministe. Il n'y pas de systeme d’oppression systémique des femmes.. et cela fait partie du délire féministe 

Le patriarcat, c'est le neolibéralisme. Celui là même qui hypersexualise le corps de tout le monde en nous motivant à nous acheter des rasoir des crèmes et des fonds de teints pour chaque parcelle de notre corps. Elles mélangent tout, ces connes. 

 

Je suis obligée de partager le récit d'une de ces SWJ.

Elle s'appelle Prisca Boh, vous pouvez lire ses posts d'hystéro sur sa page ouverte au public. 

Citation

"Mardi soir. 23h30. Quartier St Michel à Toulouse. Je reviens d'un chouette concert, la vie est belle, je vais m'acheter du chocolat pour fêter ça.
Je sors de l'épicerie de nuit, je suis seule dans la rue.
3 hommes m'interpellent par des "Bonsoir princesse", "Bonsoir Bella" et autres.
Je les ignore.
Visiblement, ça les agace. Alors l'un d'entre eux lance une attaque sur mon physique. Je me retourne et reviens les voir en leur demandant sèchement de répéter. Il me disent alors que "Nan mais attends, on te dit "bonsoir princesse" et toi tu réponds même pas."
Je leur explique, droit dans les yeux que je m'en branle et que je n'ai aucune obligation de leur répondre. Et qu'en plus, ils sont 10-15 clampins à m'interpeller de cette manière chaque jour et que je n'en peux simplement plus.
Celui près de moi me lance alors un "Ferme ta gueule" en crachant.
Je lui renvoie alors un gros "Non, toi, ferme bien ta gueule" en lui crachant dessus.
Et là, le mec me met un énorme coup au visage. Je me cogne brutalement contre une rambarde en fer et m'écroule par terre, la joue bien rouge et enflée et la lèvre ouverte. Et...le poignet complètement pété.
Hôpital. On m'annonce que les os sont déplacés, le poignet cassé et que je dois être opérée d'urgence. On m'ouvre et me met une plaque en fer. J'y reste 2 jours. Je suis salement amochée. 3 mois de convalescence en prévision. Rééducation, etc.
Avant, après: crises de nerfs et de larmes à m'en vider le corps.
2 jours que je chiale ma race. Que je chiale de cette énième agression, humiliation, parce que je suis tout simplement une femme.

Alors voilà, j'ai bientôt 37 ans. Ça va faire maintenant presque 25 ans que je subis ces saloperies en tous genres: agressions verbales, humiliations multiples, harcèlement sexuel, moral, de rue ou au travail, violences physiques, viol. Et j'en passe...

Je suis à bout. La colère, la rage, je l'ai, je vis avec chaque jour. mais je monte d'un cran à chaque nouvelle épreuve de ce style. Mon sang bout de plus en plus.
J'en ressors une nouvelle fois traumatisée, vidée. Je reste debout mais je maudis ce système patriarcal. Je le vomis de toute mon âme.

Néanmoins, je reste fière d'être une femme et mon/notre combat continuera tant qu'il le faudra.

La peur doit changer de camp.

Edit: Mon agresseur était de type caucasien. Donc les fachos qui se servent de mon histoire pour assouvir leurs relents gerbants de racistes décomplexés, cassez-vous.

Edit 2: Je ne devrais pas avoir à me justifier ou à apporter d'autres renseignements sur mon agression. Mais vu que des petits ahuris me blâment de ne pas avoir porté plainte et que des médias relaient des mensonges, sachez que SI, j'ai porté plainte.
Vous êtes soulagés les guignols ? 
Et non, je n'irai pas jusqu'à vous fournir la preuve de ce que je dis. Vous me faites déjà assez gerber."

 

Alors ce qu'il est intéressant de noter, outre les commentaires qu'elle à reçu et sa façon d'y répondre, ainsi que les articles qui parlent en son nom et qui ont tendance à... déformer la vérité...

https://www.huffingtonpost.fr/2016/09/24/agression-sexiste-toulouse-post-facebook-viral_n_12170906.html

Je cite: "Prisca ne se laisse pas faire et répond cette fois-ci. Le ton monte alors rapidement avec son interlocuteur puis un coup violent part."

https://www.lenouveaudetective.com/toulouse-agression-temoignage-priscilla-boh/

Je cite : "Priscilla leur tient tête et répond un “Non, toi, ferme bien ta gueule“. Il n’en fallait pas plus… Priscilla reçoit alors un coup de poing au visage qui la propulse sur une rambarde en fer."

http://www.lejsl.com/actualite/2016/09/26/apres-une-agression-sexiste-a-toulouse-la-campagne-bat-son-plein

Je cite : "Parce qu'elle a ignoré ces trois hommes, elle a reçu des coups et fini à l'hôpital"

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/mon-sang-bout-de-plus-en-plus-une-toulousaine-raconte-son-agression_1834359.html

Je cite"Le ton monte rapidement et l'un des hommes finit par lui asséner un coup au visage."

https://www.ladepeche.fr/article/2016/09/26/2426703-jeune-toulousaine-raconte-agression-sexiste-facebook-porte-plainte.html

Je cite : "Selon elle, la situation s'envenime après des échanges de crachats. "Le mec me met un énorme coup au visage"

http://www.atlantico.fr/rdv/revue-blogs/toulouse-prisca-boh-agressee-dans-rue-puis-trolls-facebook-claire-ulrich-2832356.html

Je cite : "Elle décide de les affronter, il y a des crachats, des coups et puis des blessures, qui  l'envoient à l'hôpital"

 

Je vous rappelle les mots de la "victime" :

Citation

"Je leur explique, droit dans les yeux que je m'en branle et que je n'ai aucune obligation de leur répondre. Et qu'en plus, ils sont 10-15 clampins à m'interpeller de cette manière chaque jour et que je n'en peux simplement plus.
Celui près de moi me lance alors un "Ferme ta gueule" en crachant.
Je lui renvoie alors un gros "Non, toi, ferme bien ta gueule" en lui crachant dessus.
Et là, le mec me met un énorme coup au visage. Je me cogne brutalement contre une rambarde en fer et m'écroule par terre"

 

Aucun des journaux n'a relaté la vérité : elle a craché sur le mec. Le mec à craché par terre. C'est à dire que si ça avait été un mec, il se serait fait tapper pareil. Mais, je cite madame " Que je chiale de cette énième agression, humiliation, parce que je suis tout simplement une femme" ou bien "Je reste debout mais je maudis ce système patriarcal. Je le vomis de toute mon âme. Néanmoins, je reste fière d'être une femme et mon/notre combat continuera tant qu'il le faudra. La peur doit changer de camp."
 

Voila un exemple de SJW bien gratinée, au point de laisser les médias déformer la vérité car s'ils avaient expliqué les faits dans les détails, on aurait tous compris que cette agression à été provoquée par un crachat sur quelqu'un, et que racaille ou pas, c'était déjà une forme de violence dont ELLE était responsable. Cette malhonnêteté journalistique ressemble à de la propagande.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On aura surtout deviné que t'as aucune calisse d'idée de comment plugger ta grammaire inclusive pauvre fille.

Screen Shot 2018-03-04 at 10.39.56 PM.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La question que je me pose depuis quelques années déjà c'est: Est-ce la bonne façon de faire évoluer une cause?

Si le féminisme prend de plus en plus des allures de "secte", ne vont-elles pas à l'encontre du principe basique qui a enfanté le mouvement à l'origine.

exemple: http://blonlee.com/ugly-feminists/

À ce stade, je ne sais vraiment plus quoi en penser. L'ouverture, la rationalité et la tolérance ne suffisent plus, rendu là. Qu'est-ce que la "femme" actuelle attend de moi en tant qu'homme? Pourquoi ai-je ce goût amer dans la bouche; Elle attend simplement que je crève pour venir pisser sur ma tombe?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ève_*

Je crois que 1984 a raison quand elle dit que chercher la logique dans le féminisme actuel est vain.

ca fait juste du bien de lire vos opinions construites et étayées qui valident bien ce feeling que je ne savais pas trop nommer. Ok, jsuis pas seule à trouver que c’est une diversion des vrais enjeux, sinon un divertissement de l’égo...

Que finalement cette hypersexualisation de l’enfance est une des conséquences d’une déstructuration plus globale de la vie humaine, ou autrement dit le déroutage du fleuve tranquille que suivrait l’humain guidé par sa biologie, au profit de gars qui exploitent une usine d’eau pour fabriquer toujours plus de liquide. Sur cibl tiens, 101.5, radio indépendante montréalaise, un titre d’un français faisait 3 minutes de rhumes et de métaphores sur le liquide.. 

 

en fait, clairement, je pense qu’on a aucun pouvoir sur cette autres aberration du monde... mettre plus de mots et de sens garce à cette discussion éclairée de tous vos avis pourrait suffire à lâcher prise. 

Pourquoi je continue de ressentir une petite contrariété contrariante alors... ah oui, parce que ce féministe idéologique illogique n’est pas sans faire du tort. Je parle par des filles qui s’y perdent en hashtag et autres... comme c’est déjà si bien dit, à notre époque les gens aiment se sentir appartenir à un groupe ou défendre une cause.

je vois un aspect où c’est plus lourd:

éduquer les femmes disais-tu 1984. Mais tellement! Je vais prendre un exemple de ce féminisme contre-productif voir néfaste. Exemple isolé et différent de ceux que vous avez évoqué : Les cercles pour femmes qui ont fait face à de la violence conjugale.

Dans le processus de sortie de crise, elles en arrivent parfois à vivre au seins d’organisme les aidant à régler les situations (aspect criminel, juridique, sécurité physique, anonyma etc...). Acceptant cette aide (que leur situation extrême ne leur permet pas forcément de refuser) elle doivent participer aux programme d’accompagnement socio-psychologique pour avoir droit à la sécurité offerte par les lieux. Les animatrices sont pour beaucoup des féministes militantes, comme le dit un gars ici avec un masque rouge, des nanas sortant de la fac et assez déconnectées du monde réel et qui se plaignent presque que ce soit aux mères de « mettre bas » et pas l’inverse.

Alors dans ces cercles, au lieu de reprendre la base avec ces femmes traumatisées et leur parler des hommes, de ce qu’ils sont en réalité et ce qu’elles peuvent en attendre, (puisque pour arriver où elles en sont arrivées maritalement, c  est qu’en partie trop peu de modèles sains leur ont été proposé à date et leur connaissance du statut honorable de femme et du caractère bienveillant de l’homme ne leur a pas été dévoilé) on leur bourre le crâne avec ces principes de : en prenant un congé mater’ pour allaiter bébé tu te fais bananer, tu gâches ta carrière  et l’homme non,CEST PAS JUSTE. En gros réunions après réunions, on leur glisse encore plus de rancœurs qui ne leur appartenaient pas à la base, à un moment où la perméabilité de leur cerveau est maximale.

Si on leur révélait qu’en fait l’homme n’est pas qu’un sombre connard, et même qu’on leur apprenait à quoi ressemble un homme équilibré, peut être pourraient-elles retrouver l’espoir de vivre la paix, et qu’elles saurait se dé traumatiser plus vite, comprenant que leur valeur inestimable, un homme sain est en mesure de la voir (si elles arrivent à la voir elles-mêmes, mais ça c’est un autre sujet) Que le problème ne vient pas d’être une femme. Que seuls les personnalités toxiques sont à éviter. D’un point de vue devictimisation (c’est comme ça qu’ils appellent ces rencontres animées par les militantes féministes) ce serait tellement plus efficace. Valoriser l’homme dans l’imaginaire des femmes. Qu’elles transmettent ensuite ceci  à leurs enfants. Les nourrir d’exemples sains, pour qu’ensuite elles puissent avoir un référentiel qui leur permette de situer sur une échelle de bonté et d’honnêteté où se situe l’attitude de la personne à qui elles ont à faire. Faire entrer des hommes dans ces programmes?

j'ai discuté avec ces animatrices et leur réthorique m’est impénétrable. Ça ressemble à du marketing de vente pyramidale lol, le discour est ultra rodé. J’ai même plus de facilité à échanger des points de vue avec un témoin de jeovah sur le palier...

ouain...c’est ça. Je trouve ça un peu inutile et inefficace le féminisme comme il est guidé aujourd’hui, ce qui me tracasse c’est que je le trouve potentiellement nuisible. Enfin bon, chaque secte recrute où elle peut après tout. Les radicaux remplissent leur rangs de gens abusés, frustrés ou/et paumés depuis toujours... sauf qu’aucun de ces mouvement n’a eu si belle vitrine médiatique et soutien du bien pensant. Si?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Ève_* a dit :

 Les radicaux remplissent leur rangs de gens abusés, frustrés ou/et paumés depuis toujours... sauf qu’aucun de ces mouvement n’a eu si belle vitrine médiatique et soutien du bien pensant. Si?

 

(parenthèse)Tu savais que la mafia italienne a prit comme modèle celui du Vatican.(parenthèse)

Quand on veut du monde, ça prend une formule qui fonctionne et qui a fait ses preuves. Et pour que ça marche vraiment, une couverture médiatique est indispensable. (et tous les moyens sont bons) Il y a pas si longtemps, Greenpeace était considéré comme une bande de hippies sur l'acide qui prônaient l'amour et le retour aux "sources". Regarde où ils en sont aujourd'hui. Le mouvement "vert" est devenue la nouvelle religion. À un point tel, que si tu veux te faire élire tu dois obligatoirement avoir un petit programme "vert" au menue.

Ça, elles l'ont compris depuis le début de cette troisième vague et elles font ce qu'il faut pour l'obtenir. Et ça roule leur affaire. La machine est bien huilée et elles sont très bien organisées.

Doit-on s'en inquiéter? Là est la vraie question.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, TheCrow a dit :

La question que je me pose depuis quelques années déjà c'est: Est-ce la bonne façon de faire évoluer une cause?

Si le féminisme prend de plus en plus des allures de "secte", ne vont-elles pas à l'encontre du principe basique qui a enfanté le mouvement à l'origine.

exemple: http://blonlee.com/ugly-feminists/

À ce stade, je ne sais vraiment plus quoi en penser. L'ouverture, la rationalité et la tolérance ne suffisent plus, rendu là. Qu'est-ce que la "femme" actuelle attend de moi en tant qu'homme? Pourquoi ai-je ce goût amer dans la bouche; Elle attend simplement que je crève pour venir pisser sur ma tombe?

Je sais même pas par ou commencer tellement ton lien est malhonnête.

Dans le fond, tout ce que l'article fait c'est bitcher l'apparence des femmes (ce que le féminisme essaie de combattre). La majorité se sont juste coupé les cheveux courts, elles deviennent pas laides pour autant. Pis le poil en dessous des bras, c'est pas sale, sinon aussi bien dire que tous les hommes sont sales, hein. En plus, on a aucun contexte de ces photos. La photo après est toujours une photo super désavantageuse pis la première est juste une photo avantageuse. Certaines ont engraissé, oui, mais l'histoire ne dit pas si c'est après une grossesse, pis même à ça, c'est un autre combat du féminisme. Les hommes ont le droit de se laisser aller et devenir des gros bedonnants dégueulasses pis c'est ok, mais les femmes peuvent pas avoir un peu de gras sinon elle elle est grosse pis pas belle. C'est juste crissement méchant pis ça a pas sa place.

Ce site là est pas un argument contre le féminisme, c'est plutôt un argument en faveur du féminisme. C'est surement rédigé par un gars frustré qui juge toutes les femmes selon si lui les trouve fourables ou pas. 

Le féminisme a pas inventé les cheveux courts, ni les tatoos, ni le poil ni la teinture. Pis le féminisme a pas inventé l'obésité, hein, sinon les USA seraient les plus féministes au monde.

 

Révélation

Si on faisait un parallèle entre féminisme = laide et pas féminisme = belle, Dantes serait clairement le chef des masculinistes. Pas placé pour juger le physique de personne, désolée.

Tsey, y'a une différence entre dire que tu trouves belle ou pas belles, tu as le droit. Mais carrément attaquer sur le physique, et rabaisser en bloc toutes les femmes qui ne correspondent pas à tes critères, c'est non.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

100%d'accord avec Aradia. Cet article c'est vraiment du gros n'importe quoi.
En plus une des fameuses méchantes-féministes-castrante-qui-fait-peur est une actrice grimée pour un rôle (dans OITNB).

 

5a9db7184cc04_Capturedcran2018-03-0516_25_37.png.772119f082307faf9200ebfd77f49922.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord. L'article était "mal choisis". Je pensais surtout à des groupes comme Femen. Je ne sais pas qui a pondu ça j'ai juste "pigé" sur Google.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La règle de grammaire qui dit que le masculin l'emporte sur le féminin... est t-elle une doctrine? Un euphémisme? Une réalité?

Dans un rapport de force y a rarement égalité...  après 2000 ans d'histoire... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais est-il vrai que le féminisme entraîne l'inversion du sujet pronominal et du verbe dans une interrogative chez les membres qui ont jamais écrit de même de leur câlisse de vie?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, numéro #9 a dit :

La règle de grammaire qui dit que le masculin l'emporte sur le féminin... est t-elle une doctrine? Un euphémisme? Une réalité?

En fait je crois qu'en français le masculin a aussi une valeur « neutre » ou « générique ». Possible héritage du latin, mais corrigez-moi. Ce sont quelques linguistes phallocrates qui nous ont rentré dans la tête que le masculin devait écraser le féminin même sur le papier.

Pour faire moins sexiste il faudrait parler de souci d'allégement ou de simplification.

Un souci que ne partagent certain·e·s féministes. 

C'est juste lourd.

 

Citation

« Quand on écrit : “La lune et le soleil sont cachés derrière les nuages”, aucune lutte homme/femme ne se dissimule sous l’accord de “cachés”… On pourrait d’ailleurs s’amuser à faire de la grammaire une tout autre lecture : si le féminin consiste en l’ajout d’un e au masculin, c’est que le féminin est plus riche et plus complexe », poursuit Mme Lefrançois.

http://plus.lapresse.ca/screens/b4f8d2ef-38aa-43cf-a612-f410bbfa8328__7C___0.html

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'état génétique par défaut est la parification des chromosomes XX, ou femelle, c'est seulement à l'activation de certaine protéine que les pairs peuvent devenir XY, ou mâle. 

Alors je vote pour que la langue soit féminine par défaut, et que le masculin consiste à l'ajout du Y. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Aradia

Selon moi, l'obsession pour la beauté qu'on inculque aux femmes - et ce, des le berçeau - est une stratégie sexiste et commerciale. L'idéal du succès féminin dépends toujours de la beauté. Ainsi, combattre les codes consuméristes de la beauté occidentale est un bon moyen d'oeuvrer pour le féminisme. 
 

OR

Tant qu'on lira des choses comme " Je veux pouvoir me sentir sexy dans la rue sans me faire déranger parce que j'ai mis une jupe et du makeup", le problème perdurera car les femmes resteront des objets qui s'automodifient selon les modes. Tant qu'on associera beauté et sexualité, tant qu'on pensera que montrer ses attributs féminins est un gage de beauté, et tant qu'il nous semblera normal de s'exposer, nous verrons des comportements doublement standardisés et selon moi, beaucoup de frustration. Personne ne va gratter le vernis sur la couche de crasse, et pourtant, si on le faisait, on réaliserait à quel point notre vision de la beauté est étriquée, sexiste, dégradante pour notre intelligence et même pour notre corps. 

Pour l'exemple, j'ai fait des selfies en touareg lorsque je faisais des tests stylistiques pour mon shooting. J'ai tellement aimé l'effet que j'ai gardé la photo de profil assez longtemps, mais j'ai eu plusieurs remarques dont une ou deux qui me disait que l'on me préférait lorsqu'on me voyait plus. Pourtant, nulle part il est écrit qu'un costume coloré qui vous prends de la tête au pied vous rendra laid ou moins beau qu'une autre tenue. Le corps est beau, mais pourquoi c'est aux femmes de le montrer à ce point ? Et pourquoi surtout, le veulent-elles ? 

Certainement pas parce qu'elle en ont le désir profond.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai la foi qu'on est peinturé pour la première fois sur le ventre d'une femme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×