Aller au contenu
réformed'ognon

Bouillon de culture littéraire

Déchet(s) recommandé(s)

Un sujet n'a pas d'identité propre...mais c'est vrai que chaque fois que j'ai tenté d'ouvrir une discussion dans ce sujet, c'est tombé mort bien assez vite. J'encouragerai ton sujet avec ceci.

J'achève bientôt la Ferme des Animaux et j'ai plusieurs livres en liste :

L'idiot, Dostoïevski

La maison assassinée, Pierre Magnan

Si par une nuit d'hiver un voyageur, Italo Calvino

Le grand cahier, Agota Kristof

Fondation, Asimov (je l'ai déjà lu, mais jme souviens de rien, je sais pas si ça vaut la peine de lire les 2 derniers volumes "chronologiquement")

Lequel choisiriez-vous? Les avez-vous lu?

J'avais l'goût de me lancer dans L'idiot, j'avais adoré Crime et Châtiment, mais ça me semble quand même un peu long comme lecture.

C'est un roumain ton Cioran? T'as d'autres trucs roumains à suggérer?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'idiot, Dostoïevski

Si par une nuit d'hiver un voyageur, Italo Calvino

Lequel choisiriez-vous? Les avez-vous lu?

J'avais l'goût de me lancer dans L'idiot, j'avais adoré Crime et Châtiment, mais ça me semble quand même un peu long comme lecture.

C'est un roumain ton Cioran? T'as d'autres trucs roumains à suggérer?

Ionesco et Tzara. A part ces trois-là, le seul roumain que je connaisse

c'est Ceaucescu. Désespérance absurde dada et génocide. Totes les rotes mènent à Rome.

Calvino est rigolo, il te ballade tout le long de son roman qui ne commence pas. Du genre petit drôle, mais ça se lit tout cool comme on sirote un diabolo menthe en regardant passer les carabinieri.

L'idiot est long, un Dostoievski de déroute, des généalogies à s'en mordre le samovar, des épisodes incompréhensibles dans les mystères des francs-maçons, son écriture insupportablement épileptique mais ça change un peu des autres romans dans la mesure où son héros, l'idiot, est un gros mou gentil et non un petit excité torturé. Un peu à la Oblomov, de Gontcharov (je comprends rien mais j'aime la vie). Pis si tu lis Crime et Chatiment, L'idiot et les Souvenirs de la maison des morts, t'as fait le tour de la conception russe de l'homme, yo. Criminel, idiot, forçat. Rien que ça!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La grand cahier est sur ma liste de livres à lire ASAP.

J'ai eu à lire le livre pour mon premier cours de français au collège. C'est un pur délice.

Si tu aimes, il existe deux suites à cette histoire. Le premier tome est cependant de loin le meilleur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'achève 20 ans après de Dumas.

C'est l'oeuvre-phare de ma jeunesse. J'avais relu quelques fois Les Trois Mousquetaires. 20 ans après, je croyais bien l'avoir relu il y a quelques années et en avoir été déçu, mais comme au fil de la lecture je me suis aperçu que j'avais presque plus aucun souvenir et que c'était tant mieux parce que j'y prenais réellement mon pied, je remet en doute ma première impression.

Je m'attaque au Vicomte de Bragelonne vers la fin de la semaine. Jamais relu. J'ai hâte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'achève 20 ans après de Dumas.

C'est l'oeuvre-phare de ma jeunesse. J'avais relu quelques fois Les Trois Mousquetaires. 20 ans après, je croyais bien l'avoir relu il y a quelques années et en avoir été déçu, mais comme au fil de la lecture je me suis aperçu que j'avais presque plus aucun souvenir et que c'était tant mieux parce que j'y prenais réellement mon pied, je remet en doute ma première impression.

Je m'attaque au Vicomte de Bragelonne vers la fin de la semaine. Jamais relu. J'ai hâte.

Tu ne seras pas déçu, il est long, mais tellement palpitant. Lorsque je le lisais l'été dernier, il m'arrivait de perdre le fil du temps tellement j'étais absorbé par la lecture. Au plaisir de discuter du livre avec toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je lis présentement Dracula de Bram Stoker et ça me plaît jusqu'à maintenant.

J'aime surtout le fait que le roman soit épistolaire parce que je suis le type de lectrice qui s'interrompt très souvent et qui recommence un peu plus tard. Je lis par petits bouts, pour tout dire. J'aime pouvoir m'arrêter fréquemment sans perdre le fil d'un passage.

Je trouvais que la lecture de ce grand classique que tout le monde connais mais que la plupart des gens n'ont pas lu était un must-have à ma culture.

En plus, c'était un des livres sur la liste d'achat pour la session suivante lors de ma dernière session de Cégep en littérature. J'ai acheté la liste au complet. Hihi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Holyshit ce sera sûrement une déception, vaut mieux pas se rappeler tous les détails qui seront pas dans le film...

Sinon mon livre du moment c'est L'inspecteur Specteur et le curé Ré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des *San Antonio* pour me concentrer sur le cabinet d'aisance. -photo disponible sur demande-

description:

série de romans policiers rédigée par Frédéric Dard mettant en vedette le commissaire de police Antoine San-Antonio.Le style de l'écriture, l'approche, les paradoxes, les anglicismes déformés, la langue précieuse et savante alterne avec l'argot et la verdeur de langage.

citation:

«La vie est grise, avec tous ces gens consternés ressemblant à des parapluies en train de sécher.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un roumain ton Cioran? T'as d'autres trucs roumains à suggérer?

Naturalisé français, langue dans laquelle il a écrit la majeure partie de son oeuvre, donc je répondrais: semi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

[...]j'ai entamé Cioran, qu'un ami m'avait conseillé. Ébauches de vertige, que ça s'appelle, et sa lecture m'est agréable.

«La mort est un état de perfection, le seul à la portée d'un mortel.»

Cioran est génial: pleurez!

J’ai tous les défauts des autres et cependant tout ce qu’ils font me paraît inconcevable.

Ce que les autres font, nous avons toujours l’impression que nous pourrions le faire mieux. Nous n’avons malheureusement pas le même sentiment à l’égard de ce que nous faisons nous-même.

Avoir commis tous les crimes hormis celui d’être père.

Personne n’a été autant que moi persuadé de la futilité de tout, personne non plus n’aura pris au tragique un si grand nombre de choses futiles.

La plupart de nos déboires nous viennent de nos premiers mouvements. Le moindre élan se paye plus cher qu’un crime.

On redoute l’avenir que lorsqu’on n’est pas sûr de pouvoir se tuer au moment voulu.

En permettant l’homme, la nature a commis beaucoup plus qu’une erreur de calcul : un attentat contre elle-même.

Je ne vis que parce qu’il est en mon pouvoir de mourir quand bon me semblera : sans l’idée de suicide, je me serais tué depuis toujours.

Le problème de la responsabilité n’aurait de sens que si on nous avait consulté avant notre naissance et que nous eussions consenti à être précisément celui que nous sommes.

Tout s’explique à merveille si on admet que la naissance est un évènement néfaste ou tout au moins inopportun ; mais si l’on est d’un autre avis, on doit se résigner à l’inintelligible, ou alors tricher comme tout le monde.

Exister serait une entreprise totalement impraticable si on cessait d’accorder de l’importance à ce qui n’en a pas.

Secouer les gens, les tirer de leur sommeil, tout en sachant que l’on commet là un crime, et qu’il vaudrait mille fois mieux les y laisser persévérer, puisque aussi lorsqu’ils s’éveillent on a rien à leur proposer…

Ne pas naître est sans contredit la meilleure formule qui soit. Elle n’est malheureusement à la portée de personne.

Aphorimes merveilleusement sélectionnés de L'inconvénient d'être né et de Syllogismes de l'amertume.

Modifié par Docteur G

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le Playboy de ce mois-ci:

[...]

Two years later his professional career seems in better shape than ever. He has won an Emmy and two Golden Globes for his portrayal of 30 Rock’s self-absorbed TV executive Jack Donaghy. At the age of 51 Baldwin also has a strong feature career that falls somewhere between star and character actor. He next plays a lawyer who squares off with Cameron Diaz in the courtroom drama My Sister’s Keeper, and he is currently shooting a love-triangle comedy with Meryl Streep and Steve Martin.

[...]

Pour voir l'intégralité de l'article : http://www.playboy.com/articles/alec-baldwin-playboy-interview/index.html

Sérieusement, sans parler de litérature, on peut poster ici des articles qui nous ont semblé intéressants? Même si aucun arbre n'a été massacré pour sa création?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le Playboy de ce mois-ci:

[...]

Two years later his professional career seems in better shape than ever. He has won an Emmy and two Golden Globes for his portrayal of 30 Rock’s self-absorbed TV executive Jack Donaghy. At the age of 51 Baldwin also has a strong feature career that falls somewhere between star and character actor. He next plays a lawyer who squares off with Cameron Diaz in the courtroom drama My Sister’s Keeper, and he is currently shooting a love-triangle comedy with Meryl Streep and Steve Martin.

[...]

Pour voir l'intégralité de l'article : http://www.playboy.com/articles/alec-baldwin-playboy-interview/index.html

Sérieusement, sans parler de litérature, on peut poster ici des articles qui nous ont semblé intéressants? Même si aucun arbre n'a été massacré pour sa création?

Idéalement on se tient dans la littérature mais s'il y a matière à discussion, pourquoi pas?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ionesco et Tzara. A part ces trois-là, le seul roumain que je connaisse

c'est Ceaucescu. Désespérance absurde dada et génocide. Totes les rotes mènent à Rome.

Calvino est rigolo, il te ballade tout le long de son roman qui ne commence pas. Du genre petit drôle, mais ça se lit tout cool comme on sirote un diabolo menthe en regardant passer les carabinieri.

L'idiot est long, un Dostoievski de déroute, des généalogies à s'en mordre le samovar, des épisodes incompréhensibles dans les mystères des francs-maçons, son écriture insupportablement épileptique mais ça change un peu des autres romans dans la mesure où son héros, l'idiot, est un gros mou gentil et non un petit excité torturé. Un peu à la Oblomov, de Gontcharov (je comprends rien mais j'aime la vie). Pis si tu lis Crime et Chatiment, L'idiot et les Souvenirs de la maison des morts, t'as fait le tour de la conception russe de l'homme, yo. Criminel, idiot, forçat. Rien que ça!

Je ne crois pas être prêt pour une séance de leçons russes sur l'homme, mais en effet, ça décrit assez bien l'ambiance général de Dostoievski. Calvino m'avait surpris avec son Baron Perché.

Je prend note, merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...